Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

28 février 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

La cour l’autorise à sortir pour promener son chien!

Justice

©Photo L'Éclat/Le Citoyen - Dominic Chamberland

Le tribunal a accordé une autorisation bien particulière lors d’une récente audience au palais de justice de Senneterre.

Qui a dit que les tribunaux ne pouvaient pas être accommodants?

Suivant une suggestion commune des avocats de la défense et de la Couronne, la juge Denise Descôteaux, de la Cour du Québec, a autorisé un homme de 44 ans, au prononcé de ses conditions de détention avec sursis, à sortir de chez lui une heure chaque jour afin de… promener son chien!

Pour motiver une telle demande, Me Érika Marier, de la défense, et Me Jonathan Carignan, de la Couronne, ont fait valoir au tribunal que cette marche quotidienne aiderait l’homme à combattre son problème d’anxiété, tout en permettant à la bête de pouvoir se promener un peu.

«Celle-là, c’est la première fois que je la donne, c’est vraiment une exception. Je l’autorise pour Monsieur, pas pour le chien!», a mentionné la juge Descôteaux en souriant, lors d’une récente journée d’audiences au palais de justice de Senneterre.

Cette autorisation a été accordée à la condition que l’individu ne s’éloigne pas à plus de 1 km de sa résidence quand il promène son compagnon à quatre pattes. Outre cette demande particulière, la juge a félicité les deux avocats pour leur travail afin d’en venir à une entente dans ce dossier.

D’abord accusé de production illégale de cannabis (pour sa consommation personnelle et non pour en vendre), l’homme de 44 ans, anciennement de Senneterre et maintenant résident de Rivière-Rouge, a écopé d’une peine de 60 jours à purger à domicile après avoir plaidé coupable à une accusation réduite de possession de cannabis, pour des faits survenus avant la légalisation.

La juge Descôteaux a entériné la suggestion commune des avocats, considérant que l’accusé a depuis obtenu les autorisations de Santé Canada afin de produire du cannabis pour sa consommation personnelle, à des fins médicales.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média