Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

05 mars 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

«Occuper un territoire, c’est offrir le maximum de services» -Pascal Bérubé

Le chef intérimaire du PQ de passage en région

Pascal Berube PQ

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Pascal Bérubé, chef intérimaire du Parti québécois et député de Matane-Matapédia, s’est exprimé sur les enjeux de l’Abitibi-Témiscamingue.

Pascal Bérubé, chef intérimaire du Parti québécois (PQ), était de passage en Abitibi-Témiscamingue, les 4 et 5 mars, pour rencontrer les acteurs des milieux économiques, politiques et sociaux.

Le député de Matane-Matapédia voulait discuter des enjeux régionaux. D’emblée, il a déclaré que, selon lui, la décision du gouvernement d’abandonner le traitement de 18 000 dossiers d’immigration n’était pas la bonne, surtout en lien avec les enjeux de main-d’œuvre qui frappent la région. 

«Entre l’accumulation et l’abandon des dossiers, il y a une voie mitoyenne. Il y a 3500 dossiers de personnes qui parlent français, qui sont au Québec et qui sont en emploi ou en voie de l’être. C’est rare que ça arrive, mais la Cour supérieure a confirmé que c’était la bonne approche», a indiqué M. Bérubé. 

Il a aussi laissé entendre que des mesures fiscales incitatives pourraient être mises en place pour favoriser l’établissement de nouveaux arrivants en région, citant en exemple le crédit d’impôt de 8000 $ pour nouveau diplômé travaillant en région ressource. Ainsi, il serait possible d’encourager des travailleurs à s’installer dans les régions par des mesures simples et efficaces. 

Publicité

Défiler pour continuer

Pascal Bérubé a également souligné qu’il fallait ajouter des places en garderie et assurer des services pour agir efficacement. Soulignons qu’il manque près de 500 places en garderie uniquement à Rouyn-Noranda. Il a mentionné être conscient de la pénurie de logements et a indiqué que le gouvernement pourrait devenir partenaire pour la construction de logements locatifs. 

Accaparement des terres agricoles 

Émilise Lessard-Therrien, députée solidaire de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, s’est retrouvée dans l’embarras après avoir évoqué maladroitement des prédateurs de terres chinois en abordant le phénomène de l’accaparement agricole. M. Bérubé a rappelé que près de 10 % du territoire agricole du Témiscamingue est aux mains de promoteurs de l’extérieur de la région. 

Il a plaidé en faveur de la souveraineté alimentaire, un concept cher à l’ancien député péquiste d’Abitibi-Ouest, François Gendron. Selon Pascal Bérubé, il est pertinent de favoriser l’agriculture de proximité et les circuits de transport les plus courts possible. Il a soutenu que sa présence en région pouvait aider à influencer le gouvernement à agir en ce sens. 

Sayona Mining 

Par hasard ou pas, la visite de Pascal Bérubé en Abitibi-Témiscamingue a coïncidé avec le jour de l’annonce du gouvernement de tenir un BAPE sur le projet de Sayona Mining à La Motte. «On y a contribué. On a posé des questions en chambre. On a démontré que c’était un enjeu stratégique», a-t-il souligné. 

Des services de santé de proximité avant tout 

Le chef de la deuxième opposition a par ailleurs déploré la situation au département d’obstétrique de La Sarre, où les services sont suspendus. «C’est la même chose que dans ma région, où les services sont concentrés dans la ville centrale. Occuper un territoire, c’est offrir un maximum de services de santé dans les hôpitaux locaux sans avoir à se déplacer à l’hôpital régional», a-t-il fait valoir. Il en a profité pour déplorer les effets de la réforme Barrette, qui a fusionné les établissements de santé. 

Un ciel plus équitable 

Enfin, M. Bérubé s’est exprimé en faveur de plus de concurrence entre les compagnies aériennes qui desservent la région. «Air Canada s’organise souvent pour qu’il n’y ait pas trop de compétition, ce qui fait en sorte qu’une fois que le compétiteur a disparu, elle augmente ses prix. Puis, quand un autre arrive, elle baisse à nouveau ses prix et ainsi de suite», a-t-il déploré. 

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média