Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

08 mars 2019

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Biakabutuka et Allepot touchés par l’affaire Diaby

Anthony Allepot Jérémie Biakabutuka - Foreurs Val-d'Or

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Anthony Allepot (gauche) et Jérémie Biakabutuka (à droite) ont été interpellés par l’histoire de Jonathan Diaby.

HOCKEY - Les propos racistes envers le hockeyeur Jonathan Ismael-Diaby et sa famille, le 24 février lors d'un match de la Ligue nord-américaine de hockey, ont fait le tour du Québec et suscité de nombreuses discussions. Toutefois, pour Jérémie Biakabutuka et Anthony Allepot, ces gestes ne devraient plus exister en 2019, dans une société québécoise plus diversifiée que jamais.

Nés au Québec et provenant respectivement de Longueuil et de Trois-Rivières, les deux athlètes de race noire ont appris rapidement à se connaître, alors qu’ils forment ensemble la troisième paire de défenseurs chez les Foreurs de Val-d’Or. 

Biakabutuka et Allepot se disent surpris que des choses de la sorte puissent encore se produire dans les différents arénas de la province, que ce soit dans le hockey mineur ou dans des ligues seniors. 

«J’avais vu l’histoire dans le reportage fait par TVA Sports et on ne se le cachera pas, c’est une disgrâce. Ça ne devrait pas avoir sa place dans le hockey et le sport en général. Je ne croyais pas que ça pouvait encore arriver en 2019, même si ça s’est calmé dans les dernières années», mentionne Anthony Allepot. 

Fils d’un Ivoirien venu s’implanter au Canada à la fin des années 1980, Allepot avoue avoir vécu quelques événements isolés de la sorte lors de ses années dans le hockey mineur. Sans vouloir décrire en détail ce qui s’était passé, le défenseur, qui aura 18 ans le 27 avril, a tourné la page. 

«Ça ne m’a pas vraiment affecté au niveau personnel. Quand je me fais dire des choses comme cela, je trouve ça presque drôle parce que ça démontre que la personne est un raté», a raconté Allepot, qui en est à sa deuxième saison avec le vert et or. 

Issu d’une famille d’origine congolaise, Jérémie Biakabutuka n’a pas eu à gérer de commentaires à caractères racistes dans un contexte de hockey. 

«Tu espères que ça ne va pas arriver à une personne noire ou d’une autre nationalité. C’est triste que ça arrive encore aujourd’hui, mais tout est dans la réaction et que tu les laisses faire», a déclaré l’arrière recrue. 

La bonne réaction  

Selon les deux porte-couleurs des Foreurs, la réaction de Diaby était la meilleure chose à faire dans les circonstances. 

Voyant ses proches subir les foudres de certains spectateurs, l’ancien choix de troisième ronde des Predators de Nashville en 2013 a décidé de son plein gré de quitter la rencontre au cours du deuxième entracte afin d’escorter les siens vers l’extérieur et de quitter l’Aréna régional Rivière-du-Nord de Saint-Jérôme. 

«J’ai été surpris de voir cela, mais le joueur et la famille ont pris la meilleure décision. Si, un jour, cela devait arriver à quelqu’un d’autre ou à moi, on peut prendre exemple sur eux», a laissé savoir Jérémie Biakabutuka 

«J’ai vraiment trouvé ça mature de sa part de quitter la glace. Je crois que c’était l’action à faire et de ne pas s’en faire avec des gens comme cela. Tu penses souvent à ta famille avant ton sport et il a fait ça avec de la classe», a ajouté Anthony Allepot à ce sujet. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média