Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

11 mars 2019

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Une cuvée 2019 intrigante pour Pascal Daoust

Pascal Daoust - Foreurs Val-d'Or

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Pascal Daoust a pu constater le talent de la prochaine cuvée de la LHJMQ lors des Jeux du Canada.

HOCKEY JUNIOR - En voyage à Red Deer à la fin du mois de février pour les Jeux du Canada, le directeur général hockey des Foreurs, Pascal Daoust, a pu observer attentivement la prochaine cuvée de meilleurs espoirs qui entendront leur nom résonner dans les haut-parleurs du Centre Vidéotron de Québec, le 8 juin, lors du repêchage 2019 de la LHJMQ. 

Ayant pu voir la victoire de l'équipe québécoise sur celle de l'Ontario, Daoust a eu le temps de prendre certaines notes pour préparer son troisième repêchage depuis son arrivée avec l’équipe. 

Dans une compétition courte et intense, les joueurs québécois et des Maritimes avaient la chance de se mesurer aux meilleurs de leur catégorie d’âge et de montrer leur plein potentiel avec la pression de la scène nationale.  

Si des joueurs comme Joshua Roy, Dovar Tinling ou Jack Campbell avaient déjà beaucoup d’attention sur eux, Daoust ne cache pas que certains joueurs un peu plus dans l’ombre sont ressortis pendant le tournoi. 

«Forcément, il y en a certains qui ont saisi la balle plus que d’autres. Quand on regarde Zachary L’Heureux, tout ce qu’il touchait se transformait en chance offensive ou en but. D’autres se sont démarqués sans remplir la feuille de pointage, mais en étant constants. Au début de la compétition, certains avaient des doutes sur la défensive et les gardiens, mais le jeune William Blackburn a démontré de belles choses», a-t-il analysé. 

Jouer leur rôle 

Au-delà des performances et des statistiques individuelles, Pascal Daoust portait un œil attentif sur les joueurs qui pouvaient accepter une tâche plus diminuée pour le bien de l’équipe. 

Il faut savoir que la grande majorité des joueurs qui composaient ces équipes ont un rôle de premier plan dans leur équipe respective, donc devoir sacrifier un peu de temps de glace dans une compétition de la sorte pouvait être frustrant pour certains. 

«C’est là qu’on peut voir qui peut remplir différents rôles. Quand tu passes du Midget AAA à la LHJMQ, ce n’est pas automatique que le joueur va être sur le premier trio et sur l’avantage numérique. Il faut qu’il démontre ce qu’il est capable de nous offrir comme outils, a fait remarquer le directeur général hockey des Foreurs. 

«Quand vient le temps de former une équipe championne, il faut s’entourer d’individus qui sont prêts à accepter n’importe quelle mission, à condition que ce soit pour le bien du groupe. Certains de nos espoirs ont été sélectionnés parce qu’ils ont la personnalité et l’attitude pour faire cela sans avoir d’impact négatif. En revanche, d’autres peuvent être ignorés parce qu’ils ne peuvent remplir la chaise disponible, même s’ils ont beaucoup de talent», a signalé Daoust. 

En bonne position 

Même si celui-ci prend chaque repêchage avec beaucoup d’excitation, celui de 2019 risque d’être des plus intéressants pour la formation valdorienne. 

Alors qu’ils pourraient être dans le boulier pour le premier choix au total, les Foreurs auront également un autre choix très bien placé alors que les Sea Dogs de St.John pointent présentement au 17e et avant-dernier rang de la LHJMQ. Rappelons que le vert et or possède le choix de premier tour des Néo-Brunswickois à la suite de l’échange de Julien Gauthier. 

Pour le moment, l’organisation préfère ne pas monter sur ses grands chevaux. «On a eu deux bons repêchages en 2017 et 2018. Pour l’instant, celui de 2019 nous donne l’opportunité de parler très tôt à deux reprises. À partir de là, il y a tellement de facteurs qui devront être considérés. Il y a une fin de saison pour solidifier l’ordre de sélection et le boulier où on a aucun contrôle vu que c’est le fruit du hasard. De plus, entre avril et juin, je sais que mon téléphone va être sollicité», a mentionné Pascal Daoust, qui croit toujours en son plan orienté vers le repêchage et le développement.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média