Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

13 mars 2019

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

La LHJMQ clarifie ses intentions à la Ville de Val-d’Or

©La Frontière/Jean-François Vachon

Gilles Courteau se dit satisfait de sa rencontre avec les élus de la Ville de Val-d’Or.

HOCKEY JUNIOR - Profitant de l’escale valdorienne de la tournée du 50e anniversaire de la LHJMQ, le commissaire Gilles Courteau a rencontré, le 2 mars, les élus municipaux de la Ville de Val-d’Or pour faire le point sur les rénovations commandées au Centre airCreebec.

Les deux parties ont fait état des futurs changements de baies vitrées et des bandes pour améliorer la sécurité des joueurs ainsi que de placer les bancs des joueurs du même côté de la patinoire.

Concernant le volet de l’éclairage, M. Courteau constatera en temps et lieu si des changements seront nécessaires. Quant au maire Pierre Corbeil, il estime que les lumières n’auront pas besoin d’être changées à nouveau.

Pour la date limite de 2021, M. Corbeil croit que le tout peut se faire, mais que le temps pourrait être serré. «Ce n’est pas pensable pour cette année parce que ce n’est pas dans nos plans. En 2020, on aura à travailler sur l’Aréna Kiwanis et la patinoire Bleu-Blanc-Rouge. L’année 2021 est possible, mais ça peut aller vers l’année suivante également», a signifié le premier magistrat de Val-d'Or.

Entre temps, les deux parties se disent satisfaits de leur rencontre. «On a clarifié nos exigences parce qu’il y avait beaucoup de rumeurs qui circulaient à cet égard», a fait savoir M. Courteau.

Entente à trois?

La LHJMQ est déjà en action pour permettre d’amener un financement des trois paliers de gouvernement afin d’alléger la facture pour les villes et les contribuables. En revanche, aucun chiffre approximatif n’a ressorti dans les discussions du 2 mars.

«La demande qu’on fait est au niveau de la municipalité. Nous, de notre côté, on travaille en rencontrant les instances gouvernementales pour leur expliquer nos besoins et regarder ce qui pourrait être disponible pour améliorer la qualité des amphithéâtres», a commenté Gilles Courteau.

De son côté, Pierre Corbeil croit que des solutions pourraient être connues sous peu et ainsi savoir si la sphère politique entendra les requêtes du circuit de hockey junior majeur.

«On va être fixés relativement bientôt parce que les budgets provincial et fédéral seront déposés les 19 et 27 mars. On ne devrait pas avoir un accord de ce côté-là, mais on pourrait connaître les orientations», a-t-il précisé.

Projet de super-ligue

En plus des rénovations de l’aréna, le commissaire de la LHJMQ n’a pas caché son ambition de créer, avec ses homologues des ligues de l’Ontario et de l’Ouest, une super-ligue canadienne de hockey pour lui donner un lustre supplémentaire.

Si des matchs intra-ligues entre l’Ontario et la LHJMQ sont dans les plans à moyen terme, il est encore trop tôt pour un projet à la grandeur du pays, étant donné l’énorme distance à couvrir.

«Quand on parle d’une idée de la sorte, je veux préciser que chaque ligue régionale restera en place. On veut améliorer la marque de la Ligue canadienne et la rendre encore plus forte. Pour ce qui est de la Ligue junior de l’Ouest, ce n’est pas pensable à long terme parce que ça va nécessiter un transporteur comme commanditaire. Tant que ça n’arrivera pas, on ne pourra envisager le tout. Notre objectif numéro un est d’augmenter le nombre de rencontres entre la OHL et notre circuit», a fait savoir M. Courteau, qui donne en exemple la NFL pour expliquer le concept.

De plus, avec leur situation géographique, Val-d’Or et Rouyn-Noranda deviennent des cibles intéressantes pour des affrontements, notamment avec le Battalion de North Bay et les Wolves de Sudbury, ce qui s’est vu au début des années 2000.

«Ça va être sur la planche à dessin avec les gens des deux ligues respectives. On va regarder les différentes possibilités qui seront soumises à David Branch (commissaire de la OHL) et moi-même pour voir si on peut inclure cela dans notre calendrier», a ajouté Gilles Courteau, qui est à la tête de la LHJMQ depuis 1986.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média