Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

14 mars 2019

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Détruire les stéréotypes grâce aux animaux de la ferme

Carine Paquin

©Gracieuseté

«Le coq qui voulait devenir une poule» est le nouvel album jeunesse de Carine Paquin, dont les illustrations ont été créées par Laurence Dechassey.

Carine Paquin présente son tout nouvel album jeunesse, qui sort vraisemblablement de l’ordinaire : Le coq qui voulait devenir une poule, avec la maison d’édition Michel Quintin. Une histoire humoristique où la confiance en soi, les goûts et les choix sont mis à l’honneur.

Les péripéties du coq Georges, héros central du livre, sont inspirées d’une histoire vraie qui est survenue dans la basse-cour de Carine Paquin. 

«On ne peut pas savoir le sexe d’un poussin, explique l’écrivaine originaire de Malartic. En grandissant, on voit de plus en plus lesquels sont des coqs ou des poules. Par contre, on ne garde qu’un seul coq dans une basse-cour, alors que les autres sont envoyés à l’abattoir.» 

Après que son conjoint soit parti à l’abattoir avec les coqs, Carine Paquin a entendu, à sa grande surprise, un puissant chant de coq. «On s’est rendu compte que l’une des poules était en fait un coq!, raconte-t-elle. S’il a eu la vie sauve, c’est unique parce qu’il avait l’air d’une poule.» 

«Dégenrer les goûts» 

C’est ainsi que cette histoire peu banale a façonné celle de Georges, un jeune coq. «Georges ne veut pas être un coq, indique Carine Paquin. Lorsque ses plumes poussent sur sa queue, il les arrache pour avoir l’air d’une poule. Il coiffe sa crête et s’habille vraiment pour les poules de la basse-cour.» 

L’histoire du jeune coq mise ainsi sur l’acceptation de soi et des goûts de chacun. «Bien que ses frères se moquent de lui, Georges continue de s’identifier comme une poule, précise l’écrivaine. Au bout du compte, à la fin de l’histoire, la morale démontre bien aux jeunes que rester soi-même, c’est payant.» 

L’enjeu des genres de cet album jeunesse tombe à point avec l’actualité, selon Carine Paquin. «Oui, c’est encore tabou, mais moins qu’avant, croit-elle. 

«Mon but n’est pas de dire : si tu aimes le rose, tu es automatiquement une fille et tu dois changer de sexe. Ce que je cherche à faire, c’est plutôt de faire naître une discussion sur les goûts et éveiller les jeunes sur le monde. Bref, de dégenrer les goûts. 

«Avec des artistes comme Hubert Lenoir, qui se considère comme un homme mais qui s’habille avec des robes si ça lui chante, je crois que ça amène les parents comme les jeunes à vouloir s’affirmer. On peut être un garçon et aimer les princesses quand même!», ajoute l’auteure. 

Carine Paquin

©Annie Simard

Carine Paquin est une écrivaine originaire de Malartic.

Qui voulait… 

Ce nouvel album jeunesse avec un sujet plus mature, s’inscrit dans la nouvelle série de l’éditeur Michel Quintin, Qui voulait, qui réunira diverses histoires d’animaux. 

«Le prochain tome s’intitulera La dinde qui voulait voter, confie Carine Paquin. Ça va parler cette fois de l’égalité des sexes. Bien que ces sujets puissent paraître plus sérieux pour des enfants, les illustrations traduisent bien l’histoire et ça rend le tout très accessible pour les jeunes du primaire, qui sont visés par cette série.» 

Selon Mme Paquin, ces albums permettront aux enfants de tous les niveaux du primaire de retirer quelque chose de ces histoires. 

«Quand on pense à l’histoire de Georges le coq, pour des maternelles, c’est l’idée qu’on peut jouer avec n’importe quoi même si on est un garçon ou une fille, estime-t-elle. Pour des élèves de sixième année, la réflexion peut être plus approfondie sur le sujet et aller vers la confiance en soi et le respect.» 

Le coq qui voulait devenir une poule de Carine Paquin (et illustré par Laurence Dechassey) est disponible en librairies dès maintenant. 

Carine Paquin

©Gracieuseté

«San Pedro de la moustache qui retrousse» est publié aux Éditions Michel Quintin.

Un magicien qui sort de l’ordinaire! 

Un nouvel album humoristique s’ajoute à la liste de l’écrivaine Carine Paquin, avec San Pedro de la moustache qui retrousse, qui mélange magie et amitié. 

Cette nouvelle histoire, publiée aux Éditions Michel Quintin, suit San Pedro, un magicien sûr de lui, dont le prochain spectacle prendra une tournure plutôt inattendue. 

«C’est un personnage fier et limite arrogant, raconte Carine Paquin. Il est un peu imbu de lui-même. Ses malheurs vont commencer lorsqu’il va décider de commander un lapin sur Internet pour ses prochains tours de magie.» 

Le lapin, surnommé Boule de pouèle, aura plutôt l’allure (et les odeurs!) d’une moufette, au grand désarroi de San Pedro. «Il y a un peu de moi là-dedans, confie Mme Paquin. Dans le sens où lorsque je commande quelque chose sur le web, ça finit presque toujours que je ne reçois pas ce que je voulais!» 

Dans le cas du magicien, les péripéties se multiplieront sur scène avec son assistante Olga et Boule de pouèle. L’album est illustré par Mylène Villeneuve. «C’est humoristique, loufoque et avec une petite touche vintage, lance Carine Paquin. C’est une histoire très amusante à présenter aux jeunes lorsque je visite leurs classes.» 

San Pedro de la moustache qui retrousse est disponible dès maintenant en librairies. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média