Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

20 mars 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Valdorien condamné à 15 mois de détention pour pornographie juvénile

Justice

©Photo - Archives

Un quinquagénaire de Val-d’Or a écopé de 15 mois de prison pour avoir accédé à de la pornographie juvénile et en avoir possédé.

Un homme de 56 ans de Val-d’Or, Guy Bernier, va passer les 15 prochains mois en prison après avoir plaidé coupable à des accusations d’accession et de possession de pornographie juvénile.

Cette sentence, assortie d’une probation surveillée de 24 mois, découle d’une suggestion commune soumise au tribunal par le procureur de la Couronne, Me Jonathan Tondreau, et l’avocat de la défense, Me Samuel Bérubé, qui ont recommandé que l’individu soit incarcéré au Centre de détention de Percé, où des programmes spécialisés sont offerts aux détenus pour traiter divers problèmes de déviance sexuelle.

Qualifiant cette suggestion de «tout à fait raisonnable» dans les circonstances, la juge Denise Descôteaux l’a entérinée mercredi matin, au palais de justice de Val-d'Or, après avoir été rassurée par l’accusé lui-même sur ses regrets ainsi que sa motivation pour comprendre son problème et suivre une thérapie pour le régler.

«Les avocats ont mis l’emphase sur votre réhabilitation, ce qui est très bien. Les risques de récidive s’en trouvent amoindris, a mentionné la juge Descôteaux à Guy Bernier. La possession de pornographie est un crime grave à très haute réprobation sociale. Il s’agit d’exploitation d’enfants et il faut les protéger», a-t-elle ajouté.

Acquitté sur le troisième chef d’accusation qui pesait contre lui (distribution de pornographie juvénile), Bernier devra en outre fournir un échantillon d’ADN, s’inscrire au registre des délinquants sexuels à perpétuité, garder la paix et avoir une bonne conduite au cours de sa probation de 24 mois, qui débutera à sa sortie de prison.

Pincé par le FBI

Guy Bernier avait été arrêté par la Sûreté du Québec en novembre dernier, à son domicile, à la suite d’une enquête amorcée aux États-Unis quand le FBI, grâce à un logiciel, a récupéré des données sur un serveur. Le dossier a alors été transmis à la GRC, puis à la SQ.

Lors de la perquisition au domicile de l’accusé, entre 2000 et 3000 images montrant des enfants de 3 à 10 ans en positions sexuelles explicites ont été trouvées sur un ordinateur portable et deux clés USB, a précisé Me Tondreau. «L’accusé n’avait pas d’antécédents judiciaires et il n’a pas cherché à se défiler en faisant des aveux aux enquêteurs dès son arrestation», a indiqué le procureur de la Couronne.

«Monsieur a collaboré avec les policiers en leur fournissant une déclaration incriminante complète, il souhaitait plaider coupable dès le début, il est conscient des dommages collatéraux (de la pornographie juvénile), il a admis son problème sans détour et il est prêt à s’investir dans une démarche thérapeutique», a pour sa part souligné son avocat (Me Bérubé).

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média