Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

30 mars 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

La Fondation du rein en campagne à Amos

Fondation rein Amos

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Sylvie Gagnon, présidente d’honneur de la campagne dans le secteur d’Amos, et Normand Lemieux, président de la Fondation canadienne du rein secteur Abitibi-Témiscamingue.

SANTÉ. La Fondation canadienne du rein lance sa campagne dans le secteur d’Amos, et ce, sous la présidence d’honneur de Sylvie Gagnon.

«On reprend notre levée de fonds annuelle. Dans le secteur d’Amos, on procède surtout par l’envoi de lettres à des commerces et entreprises pour des dons corporatifs. On présentera aussi notre quillethon pour la population en général, le dimanche 28 avril, à la Salle de quilles d’Amos. Les gens peuvent aussi faire des dons directement chez Voyage Plamondon», souligne Normand Lemieux, président de la Fondation canadienne du rein, secteur Abitibi-Témiscamingue.

Cette année, l’objectif est fixé à 8000 $. L’an dernier, sous la présidence d’honneur de Suzanne Blais, l’objectif de 5000 $ a été largement dépassé, avec une récolte de près de 7500 $. En région, la Fondation a recueilli près de 67 000 $. Ces sommes servent à financer la recherche (36 %), les services aux patients (25 %), la sensibilisation (23 %), le don d’organe (9 %) et le renforcement communautaire (7 %).

En 2017 (les plus récentes données disponibles), l’Abitibi-Témiscamingue comptait 173 personnes en prédialyse, 58 en hémodialyse et 92 greffés du rein.

Aborder la question

Cette année, la présidence d’honneur a été confiée à Sylvie Gagnon. C’est une cause qui lui tient à cœur, étant elle-même aux prises avec des problèmes rénaux. Notaire depuis près de 20 ans, elle doit aussi souvent aborder la question du don d’organe avec ses clients, puisqu’ils peuvent y consentir aux termes de leur testament.

«On en parle quand on fait la planification successorale. On ne leur dit pas qu’ils doivent faire un don d’organe, mais on les invite à y réfléchir. C’est un exercice de sensibilisation. On peut enregistrer leur choix au Registre des consentements au don d’organe de la Chambre des notaires du Québec. On leur rappelle aussi l’importance d’informer leur famille de leur choix, parce que c’est elle qui prendra la décision finale quand la situation se présentera», explique-t-elle.

En 2017-2018, le Registre a répertorié 173 042 nouvelles inscriptions, pour un total de 1 643 582 inscrits.

 

La greffe du rein

En 2018, il y a eu quatre références pour des dons d’organe en Abitibi-Témiscamingue, mais un seul donneur. Celui-ci a pu donner cinq de ses organes, dont ses deux reins. Six personnes de la région ont reçu une greffe du rein, alors que quatre autres sont en attente. Trois ou quatre personnes du secteur d’Amos doivent se rendre à Val-d’Or trois fois par semaine pour subir une hémodialyse.

Fondation rein amos quillethon

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média