Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

04 avril 2019

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Cobalt pourrait redevenir un centre minier majeur

First Cobalt envisage d’alimenter l’industrie automobile électrique nord-américaine

First_Cobalt_sulfate_cobalt

©First Cobalt Corporation

Les tests effectués par First Cobalt à partir du schéma de procédé qui serait implanté à la raffinerie de Cobalt advenant son redémarrage ont permis à la société de produire un sulfate de cobalt de grande pureté.

Après avoir connu son heure de gloire il y a plus de 100 ans avec l’exploitation de nombreuses mines d’argent, la municipalité de Cobalt, sur la rive ontarienne du lac Témiscamingue, pourrait de nouveau être sur la sellette minière, cette fois avec le métal qui lui a donné son nom.

Le 3 avril, la société junior First Cobalt Corporation a annoncé être parvenue à produire un sulfate de cobalt de qualité batterie à partir du schéma de traitement qui serait utilisé à la raffinerie de Cobalt.

L’annonce est importante sur trois plans. D’abord, le sulfate de cobalt est un composant critique dans les batteries lithium-ion. Ensuite, la raffinerie de Cobalt, construite en 1996, est la seule en Amérique du Nord actuellement capable de produire du cobalt pour l’industrie des voitures électriques. Le reste de cette production provient de l’Asie. Enfin, First Cobalt estime être en mesure de pouvoir relancer les opérations de la raffinerie de Cobalt dans un délai de 18 à 24 mois à un coût d’environ 26 M $ US seulement.

L’intérêt est déjà là

«La production d’un sulfate de cobalt de qualité batterie est l’un de nos accomplissements les plus significatifs, a signalé le PDG de First Cobalt, Trent Mell, par voie de communiqué. Alors qu’il n’y a aucune production de ce genre en Amérique du Nord, nous visons l’objectif de devenir le premier producteur pour fournir le marché des véhicules électriques nord-américains.»

Certaines sociétés minières qui extraient notamment du cobalt ainsi que des fabricants de véhicules électriques ont d’ailleurs déjà manifesté de l’intérêt envers les projets de First Cobalt. La société privée californienne Fisker Inc. figure parmi celles-ci.

«Les fabricants d’automobiles électriques ont la responsabilité de s’assurer que les matériaux qu’ils utilisent dans leurs batteries proviennent de sources éthiques. En ce sens, le redémarrage de la raffinerie de Cobalt est une importante étape vers la production de tels matériaux propres en Amérique du Nord, et ce, de la mine jusqu’à l’usine», a fait valoir le PDG de Fisker Inc., Henrik Fisker, dans le même communiqué.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média