Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

05 avril 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Le chef du Bloc québécois de passage en Abitibi-Témiscamingue

Yves-François Blanchet Mario Beaulieu Bloc québécois

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Thierry de Noncourt

Yves-François Blanchet était accompagné de Mario Beaulieu lors de sa visite en Abitibi-Témiscamingue.

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, était de passage en région, les 4 et 5 avril pour discuter des enjeux nationaux surtout et régionaux.

À l’occasion d’un point de presse, à Rouyn-Noranda, le 5 avril, M. Blanchet, qui était accompagné de Mario Beaulieu, porte-parole en matière de langues et d’immigration du Bloc. Il a livré un discours dans lequel il a vanté le caractère vert de l’hydroélectricité, qui représente 97 % de l’électricité québécoise.

«Nos résultats environnementaux sont assez exceptionnels», a-t-il dit, tout en reconnaissant que les Québécois avaient une forte consommation d’eau douce, qu’ils avaient tendance à conduire des grosses cylindrées et qu’ils produisaient aussi beaucoup de déchets. «Le Bloc québécois propose un modèle, une vision, un exemple de ce que le Québec pourrait être pour son propre développement, mais aussi pour d’autres endroits», a-t-il dit.

Il a lancé quelques flèches au gouvernement fédéral qui réserve ses investissements en matière d’énergie à l’Ouest canadien. «Sur les prochaines années, ce sont plus de 4 G$, d’argent des payeurs de taxes, qui s’en va soutenir l’extraction du pétrole des sables bitumineux de l’Alberta, qui est la source d’énergie la plus polluante au monde présentement.»

Publicité

Défiler pour continuer

Travailleurs immigrants

Questionné à propos de la crise de la main d’œuvre, de la difficulté à recruter des travailleurs étrangers et de la lourdeur administrative d’une telle démarche, M. Blanchet a défendu le gouvernement caquiste qui veut accueillir moins d’immigrants alors que les besoins sont criants en région.

«Le Québec a le droit de mesurer sa capacité d’intégration», a-t-il dit en ajoutant que le Canada le faisait.

«Il faut faciliter la venue des travailleurs étrangers et la francisation. Plus on francise les nouveaux arrivants, plus ils vont rester au Québec», a déclaré, pour sa part, Mario Beaulieu.

«Lorsque le Québec aura le nécessaire sentiment de sécurité sur sa capacité d’intégrer harmonieusement les immigrants qui choisissent le Québec, le nombre n’aura pas à être restreint de la même manière», a ajouté M. Blanchet.

M. Beaulieu a déclaré que la régionalisation de l’immigration était une solution.

Slogan aux relents catholiques

Le slogan affiché du Bloc québécois était : Ce que le Québec veut, le Bloc le veut, rappelant le vieil adage Ce que femme veut, Dieu le veut, qui évoque le passé catholique du Québec.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média