Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

08 avril 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Amos se prépare à entrer en mode compostage

Compostage bac brun

©gracieuseté - DepositPhotos.com

Le bac brun recevra les matières organiques destinées à la plateforme de compostage de la MRC Abitibi.

MUNICIPAL. La Ville d’Amos se prépare à entrer en mode compostage. Elle procède ces jours-ci à la distribution des bacs bruns pour les matières organiques qu’elle cueillera compter du 29 avril.

La Ville a décidé de fournir gratuitement le bac roulant brun de 240 litres et un mini-bac de cuisine à ses citoyens. Ceux-ci sont distribués au garage municipal de la route 111 Est du 8 au 14 avril.

«Le kit de départ comprend un aide-mémoire et un calendrier, qui sera un outil très utile parce que l’horaire est irrégulier. Le bac brun sera cueilli aux deux semaines l’été et aux trois semaines de novembre à mars. Les gens craignent pour les odeurs, mais le calendrier est basé sur celui de Ville-Marie et d’autres municipalités, où ça fonctionne très bien. Il existe toutes sortes de trucs pour limiter les odeurs», explique Isabel Dufresne, technicienne en environnement à la Ville d’Amos.

Ces trucs sont notamment partagés lors des sessions d’information sur le compostage offertes gratuitement le 16 avril, le 8 mai et le 4 juin. Elles auront lieu à 13h30 et 19h au Théâtre des Eskers.

Revaloriser les matières organiques

Isabel Dufresne rappelle que la Ville d’Amos et les autres municipalités du Québec s’engagent dans la voie du compostage pour se conformer à la volonté du gouvernement de réduire l’enfouissement et de revaloriser les matières organiques.

«Le but, c’est de détourner les matières organiques de l’enfouissement. Ça va prolonger la vie de notre lieu d’enfouissement technique et réduire la production de biogaz. De plus, on va produire du bon compost qui sera redistribué dans les onze municipalités qui participent à la plateforme de la MRC Abitibi», souligne-t-elle.

Cette première campagne vise les propriétaires de résidences (primaires et secondaires) et d’édifices de six logements et moins. Une seconde campagne, qui visera les immeubles institutionnels et les édifices de plus de 6 logements, aura lieu à l’été.

Quant aux propriétaires d’édifices commerciaux et industriels, ils doivent faire affaire directement avec le privé tout comme pour les autres matières résiduelles.

Trois règles simples

Pour savoir ce qui va au bac brun, la Ville d’Amos propose trois règles simples. Ça doit se manger ou être en papier/carton ou encore être un résidu du jardin.

«Tout ce qu’on peut manger ou qui vient de ce qu’on peut manger, comme les os, c’est bon. Mais pas des aliments liquides. Les papiers et les cartons vont prioritairement au recyclage, mais si c’est souillé, comme les boîtes de pizza, ça va au bac brun. Le papier peut être utilisé pour emballer. Les résidus de jardin, on pense aux feuilles et au gazon ainsi qu’aux petites branches (moins d’un mètre). Sinon, ça va à l’écocentre», résume Isabel Dufresne.

Le bac brun est obligatoire, mais la Ville invite les gens à l’apprivoiser graduellement. «La patrouille verte va circuler cet été pour sensibiliser les gens et répondre aux questions», souligne Mme Dufresne.

 

Complémentaire au compost domestique

La Ville d’Amos précise que le bac brun ne vient pas remplacer les efforts de compostage domestique de certains de ses citoyens. «L’idée n’est pas de voler leur compost. Mais ils pourront mettre au bac brun les matières organiques qui ne vont pas au compostage domestique ou encore y déposer leurs matières l’hiver, si leur composteur n’est pas accessible», explique Isabel Dufresne.

 

Récupérer son bac brun

Les propriétaires d’une ou plusieurs résidences sur le territoire d’Amos doivent récupérer leur bac brun d’ici le 14 avril. Il faut passer au garage municipal (1242, route 111 Est) entre 13h et 20h la semaine et entre 10h et 15h la fin de semaine. Il faut aussi présenter une preuve de résidence ou un formulaire de délégation (pour un tiers). Les propriétaires de plus de trois édifices sont priés de prendre entente avec la Ville pour récupérer leurs nombreux bacs.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média