Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

09 avril 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

«Pas toujours facile d’être parents!» pour apprendre de bons trucs

De gauche à droite, quelques artisanes et partenaires du programme: Michelle Bourque (bibliothèque municipale de Val-d’Or), Gabrielle Goulet (enseignante), Guylaine Sabourin (centres de formation générale des adultes), Josée Dauphinet (Maison de la famille de Senneterre), Julie Frappier (Maison de la famille de Val-d’Or), Sandra Falardeau (CISSSAT), et Isabelle St-Pierre (CPE Magie du Rêve), sans oublier le petit Ovila.

Les enfants n’arrivant pas avec un mode d’emploi, il peut être bien pratique de recevoir quelques petits trucs à l’occasion.

C’est en plein la raison d’être du programme «Pas toujours facile d’être parents!», lancé en novembre dernier par les centres de formation générale des adultes de la Commission scolaire de l’Or-et-des-Bois, en partenariat avec les maisons de la famille, les centres de la petite enfance, les bibliothèques municipales et le CISSSAT (Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue).

Offert aux parents de jeunes enfants de 5 ans et moins sous forme d’ateliers hebdomadaires dans les maisons de la famille de Val-d’Or et de Senneterre, ce programme financé par le ministère de l’Éducation aborde toutes sortes de sujets, notamment la gestion des émotions, l’impact des écrans, la lecture avec les enfants, l’estime de soi, le budget, la routine familiale, etc.

«L’objectif est d’outiller les parents en leur donnant des petits trucs à l’aide d’une nouvelle thématique à chaque semaine, où je vulgarise l’information, souligne Gabrielle Goulet, enseignante et animatrice. Les ateliers se déroulent sous forme d’échanges et de discussions, en petits groupes. Une fois par mois, on sort à la bibliothèque avec les parents et les enfants, une activité très populaire. Il n’y a pas d’obligation; les gens viennent quand ils le peuvent ou quand le sujet les interpelle», indique-t-elle.

Nouveaux ateliers

Pour le printemps 2019, de nouveaux ateliers porteront entre autres sur les coups durs que peuvent vivre les enfants, dont le deuil et la séparation, de même que l’héritage parental.

Selon la demande des participants, des ateliers sur les préjugés concernant la parentalité, la communication parent-enfant ou la conciliation travail-famille pourraient aussi être dispensés. Des sorties au parc figurent également au programme printanier… si la neige finit par fondre.

Les gens intéressés sont invités à suivre la page Facebook «Pas toujours facile d’être parents!» pour connaître la programmation et s’inscrire. «Nous avons rejoint une quarantaine de parents jusqu’à maintenant, on en voit présentement une vingtaine par semaine et le but est d’en rejoindre le plus possible», mentionne Gabrielle Goulet.

«Tous les parents sont les bienvenus, peu importe leur statut social», rajoute Guylaine Sabourin, directrice des centres de formation générale aux adultes et initiatrice du programme.

Des éloges

Dans les maisons de la famille participantes, on ne tarit pas d’éloges envers le programme et ses responsables. «Une plus-value pour la maison et une façon ludique de s’amuser. Gabrielle (Goulet) est extraordinaire et la bibliothèque est un endroit fantastique pour les familles», affirme Josée Dauphinet, de la Maison de la famille de Senneterre.

«Gabrielle est ouverte et dynamique. Et on doit dire merci à Guylaine Sabourin pour avoir initié le projet, un modèle qui gagne à être connu», renchérit Julie Frappier, de la Maison de la famille de Val-d’Or.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média