Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

01 mai 2019

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Éviter l’abandon de chats par l’éducation des maîtres

Josie Côté

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Josie Côté est la seule spécialiste en comportement félin à Val-d’Or.

Chaque année, des centaines de chats se retrouvent dans les refuges du Québec. Pour Josie Côté, spécialiste en comportement félin, bien des abandons pourraient être évités avec un peu d’éducation pour l’humain, pour mieux comprendre leur animal.

«Dans bien des cas, ce sont les actions des maîtres qui causent de mauvais comportements, souligne Josie Côté. On ne pense pas faire de mal, mais en réalité, certaines de nos habitudes peuvent créer des problèmes, parfois sérieux, chez nos chats.» 

La Valdorienne a suivi une formation intensive à l’été 2017 avec le célèbre Éduchateur, de son vrai nom Daniel Filion, au Zoo Académie à Nicolet. 

«Quand il est question des chiens, on parle beaucoup du langage corporel et des signaux d’apaisement, indique-t-elle. Mais dans la formation, on se rend compte que les chats envoient à peu près les mêmes signaux. Ce sont les humains qui ne sont pas habitués à les reconnaître.» 

L’un des grands défauts des maîtres, selon Josie Côté, est l'anthropomorphisme, soit de traiter les animaux comme des humains. 

«On leur parle et on tente de les analyser comme s’ils étaient des humains comme nous, assure-t-elle. Par exemple, quand un chat est agressif envers une personne, parfois on dit qu’il est jaloux. En réalité, cette émotion n’existe absolument pas chez les chats. C’est nous qui tentons de les humaniser.» 

Cas récurrents  

Bien avant de suivre une formation pour mieux comprendre les comportements des félins, la Valdorienne a travaillé pendant six ans à la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA), lui permettant de voir les différentes problématiques qui portent les gens à abandonner leurs minets. 

«Des chats qui font leur besoin partout sauf dans leur bac à litière ou qui ne s’entendent pas entre eux ou avec un humain, c’est ce que je vois le plus souvent, confie-t-elle. Parfois, les gens n’auraient besoin que de changer quelques habitudes pour que tout fonctionne, mais certaines personnes ne sont pas prêtes à faire des efforts.» 

En effet, depuis qu’elle offre ses services en comportement félin, grâce à son entreprise Anim Ô bercail, Josie Côté voit que les propriétaires ne sont pas toujours très ouverts d’esprits. 

«Pour les cas reliés à la litière, la majorité d’entre eux pourrait être réglée si le chat était stérilisé, indique-t-elle. Toutefois, il y a bien des gens qui ne veulent pas prendre la peine d’investir là-dedans. Dans ce temps-là, je leur dis de me rappeler lorsqu’ils seront vraiment prêts à s’aider. Les hormones peuvent beaucoup influencer le comportement d’un animal.» 

«De 700 à 800 chats atterrissent à la SPCA chaque année et la plupart de ses abandons pourraient être évités avec un peu d’éducation»  - Josie Côté 

Josie Côté

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Selon Josie Côté, les chats ne sont pas aussi sauvages qu’on le croit.

Voir autrement  

Depuis sa formation, Josie Côté voit le monde animal d’un œil différent. Désormais, elle comprend mieux les réactions des chats et les conséquences des gestes des humains. 

«Un petit changement peut devenir très stressant pour un animal, souligne-t-elle. Si les gens prenaient le temps de se renseigner suffisamment sur les chats, car les races ont toutes leurs caractéristiques et leurs besoins propres à elles, il n’y aurait fort probablement pas autant d’abandons.» 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média