Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

03 mai 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Utilisez le plein potentiel de vos employés

Alain Samson lors de son passage au 2e Colloque RH d’Abitibi-Ouest, en avril.

Le conférencier et formateur Alain Samson était de passage à La Sarre, lors de la deuxième édition du Colloque RH. Il est venu discuter de l’optimisation des efforts des employés d’une entreprise.

«Les employés, c’est comme l’essence, a lancé Alain Samson, en début de conférence. Les indices supérieurs permettent d’aller chercher plus de puissance du moteur. C’est la même chose avec les employés. Ceux-ci n’ont qu’un rêve, celui d’être exploités.» 

Par exploitation, il n’évoque pas l’aspect négatif du terme, mais plutôt l’utilisation du plein potentiel de chacun. «Ils rêvent tellement d’être exploités qu’ils vont être constamment fiers de leurs accomplissements, a-t-il affirmé. Ils veulent être fiers de leurs réalisations et de la confiance qu’on investit en eux.» 

Vendre des résultats au lieu du temps 

Dans les années 1950, les employés vendaient leur temps. «L’employé idéal à cette époque ne comptait pas ses heures, a raconté M. Samson. Même que s’il lui arrivait de travailler 70 heures dans une semaine, il bombait le torse de fierté. Aujourd’hui, les employés ne vendent plus leur temps, mais des résultats.» 

De nos jours, les jeunes seraient en effet plutôt surpris de voir qu’il aurait fallu 70 heures pour obtenir le résultat qu’ils peuvent atteindre en beaucoup moins de temps. 

Le travailleur idéal des années 1950 était également ouvert aux sacrifices et ne posait pas de questions. «Il savait que s’il restait stable, qu’il n’apprenait rien et n’obtenait pas de promotion, son salaire allait quand même suivre l’inflation et augmenter d’année en année, a expliqué le conférencier. Il savait qu’il était employable. Donc, il ne dérangeait jamais son employeur avec des problèmes domestiques.» 

Chercher l’engagement 

Tout a changé depuis. «Aujourd’hui, on ne peut plus s’attendre à ce qu’un employé qui arrive dans notre entreprise y demeure pendant 60 ans. C’est fini, ce temps-là», a signalé Alain Samson. 

Les employés vont rester dans l’entreprise tant et aussi longtemps qu’ils ont l’impression de grandir et de s’accomplir. «Les entreprises où les gens sont engagés offrent une meilleure rentabilité, ce qui est normal, a souligné M. Samson. Bien évidemment, les clients vont vouloir faire affaire avec une entreprise où les gens sont heureux d’être là. Les employés qui s’engagent fidélisent la clientèle.» 

Il explique qu’un employé engagé ne cherchera pas le coupable lorsqu’un problème survient, mais des solutions. 

Tout est interrelié 

Certains employeurs sont conscients qu’ils éprouvent des problèmes au niveau des ressources humaines, mais préfèrent arranger les problèmes de gestion de clients et d’attrition en premier. Or, selon Alain Samson, tout est interrelié, et à la base de tous ces problèmes se trouvent les employés. Des employés engagés et fiers de leur travail aideront à régler tous les autres problèmes auxquels fait face l’entreprise, a-t-il fait valoir. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média