Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

07 mai 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Crue des eaux: des digues érigées à Amos

Crue Harricana Amos digue

©gracieuseté

Les employés du Service des travaux publics de la Ville d’Amos s’affairaient à ériger des digues, dans l’avant-midi du mardi 7 mai.

SÉCURITÉ CIVILE. Après avoir fermé la partie sud de la rue Principale à la circulation lundi, la Ville d’Amos s’est affairée mardi à aménager des digues pour contenir la crue des eaux de l’Harricana.

Comme c’est le cas presque chaque printemps, la rivière Harricana est sortie de son lit dans le secteur compris entre la 12e Avenue et le carrefour giratoire. La Ville a fermé l’accès à la portion sud de la rue Beaudry le vendredi 3 mai, en plus d’installer une signalisation sur la rue Principale Sud, puisque de l’eau s’accumulait sur les côtés.

«La plus grosse hausse du niveau de l’eau est survenue dimanche et lundi. Le beau temps de la fin de semaine a fait fondre la neige en forêt. Tôt lundi matin, il restait une voie de la largeur d’une voiture et demie en face de RS Lacroix. Vers 10h-11h, il y avait de l’eau pleine largeur. On a alors décidé de fermer complètement la rue entre le carrefour giratoire et la 13e Avenue. Quand l’eau monte comme ça par-dessus la chaussée, ça crée des nids de poule qu’on ne peut voir. De plus, si les gens circulent, ça fait des vagues qui peuvent atteindre les bâtiments. On a aussi fermé l’accès au secteur de la marina lundi», explique Mario Grenier, directeur du Service des travaux publics à la Ville d’Amos.

Des digues

Les mesures d’urgence sont gérées par le Service des incendies de la Ville d’Amos, mais l’opération sur le terrain est effectuée par les employés du Service des travaux publics. Ceux-ci s’affairaient mardi à ériger une digue en gravier sur la rive est de la rivière entre le lave-auto et Plomberie Germain Roy.

«Au lave-auto, l’eau est accotée à la fondation. Ç’a remonté un petit peu cette nuit, on a peut-être une marge d’environ deux pouces. Donc, on a entrepris d’ériger une digue pour protéger cet édifice et les autres jusqu’à Germain Roy. Nous allons aussi en aménager une au coin de la cordonnerie afin d’éviter que l’eau n’atteigne le bâtiment. Les propriétaires doivent aussi protéger leurs édifices, notamment avec des pompes», rappelle M. Grenier.

Stabilisation

Les digues sont érigées avec du gravier 2 pouces et demi compacté sur deux pieds de hauteur et environ trois ou quatre pieds de largeur. «On pense avoir complété le plus urgent des travaux d’ici la fin de l’après-midi. Les digues devraient bien résister, puisqu’il n’y a pas vraiment de vagues», évoque le directeur du Service des travaux publics.

Ces débordements sont le fruit de la fonte des neiges en forêt. L’eau s’écoule dans les ruisseaux, puis dans l’Harricana. Celle-ci s’écoule vers le nord, où les lacs sont encore gelés, ce qui fait remonter le niveau de la rivière.

«Le débit a augmenté depuis hier midi, mais le niveau de l’eau n’a pas trop bougé. Ça semble vouloir se stabiliser un peu. On suit la situation de près. Quand l’eau va se retirer, nous allons réparer les nids de poule et rouvrir la rue», précise Mario Grenier.

Des inondations similaires ont eu lieu dans le même secteur en 2017, 2013 et 2009. En 2013, des digues avaient aussi été aménagées et la rue avait été fermée pendant près de trois semaines entre la 13e et la 16e Avenue Est. Il faut toutefois remonter à 2009 pour trouver une aussi grande surface inondée.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média