Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

12 mai 2019

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Le  coyloup: un hybride dangereux?

Coyloup

©Marie-Frédérique Frigon

Voici Aïda, une femelle du Refuge Pageau, qui serait potentiellement un hybride du loup gris et du coyote.

Les canidés sauvages de l’Amérique de Nord ont appris, depuis des milliers d’années, à s’adapter pour leur survie, quitte à s’accoupler entre eux. De ces relations est né un animal surprenant: le  coyloup, un hybride mariant les caractéristiques du loup et du coyote. Doit-on craindre cette nouvelle espèce dont la population grandirait de plus en plus au Québec? 

En  2018, dans une étude menée  par le  ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs  (MFFP),  on dénombrait officiellement 120 hybrides, dont 17 étaient en Abitibi-Témiscamingue.  

Il faut dire que c’est en partie à cause de l’homme si  les  grands  canidés d’Amérique du Nord  ont  joint  leurs lignées.  

«Le  coyote provient du sud-ouest, indique Jean Lapointe, biologiste au MFFP. Avec l’agriculture et la déforestation, il s’est déplacé vers le nord-ouest, ce qui l’a mené à rencontrer d’autres espèces.»  

Des hybrides sont ainsi nés de croisements  entre le coyote, le loup gris, le loup de l’Est, le loup boréal et même  le chien domestique.  

Au Refuge Pageau, à Amos, on compte d’ailleurs deux femelles qui seraient potentiellement des coyloups: Aïda et Moïgan. 

«Nous avons trois individus dont nous sommes certains qu’il s’agit de loups gris, mais pour ce qui est de ces deux femelles, plusieurs facteurs nous montrent qu’il y a de bonnes chances qu’elles soient des coyloups, indique Marie-Frédérique Frigon, responsable des communications au Refuge Pageau. Elles présentent des caractéristiques communes au coyote et au loup. Toutefois, nous ne pouvons en être certains qu’en faisant un test génétique. Cependant, on ne veut pas les endormir et être intrusif simplement pour effectuer ce test pour assouvir notre curiosité.» 

Un réel danger? 

Pour Jean Lapointe et Marie-Frédérique Frigon, rien n’indique toutefois que le  coyloup  est un danger inquiétant pour l’homme, même si cet hybride peut sembler être un cocktail explosif.  

«Oui, l’animal compte des caractéristiques du coyote,  que l’on connaît pour son caractère moins peureux face aux humains,  notamment,  mais le  coyloup  n’est pas nécessairement  très  dangereux», indique M. Lapointe.  

«S’il  y a une attaque, ça dépend de bien des facteurs: si l’animal était nourri régulièrement ou encore s’il est porteur d’une maladie, comme la rage, ajoute le biologiste. Techniquement, tout animal sauvage plus fort que nous est  une potentielle menace. C’est pourquoi il faut être méfiant et prudent envers toutes  les  espèces.»  

«Dans la majorité des cas, ce sont les humains qui sont en tort lorsqu’il y a des attaques, renchérit Marie-Frédérique Frigon. Tant qu’on ne nourrit pas les animaux sauvages et qu’on ne les dérange pas, ils n’ont pas d’intérêt à devenir une menace pour nous. Même pour ce qui est des coyotes, ce sont plutôt les animaux domestiques que les humains qu’ils visent.» 

Physionomie  du  coyloup  

Le  coyloup  est-il différent au niveau comportemental ou  seulement  au niveau génétique?  «On  peut voir un spécimen plus gros qu’un loup habituel et ayant certains traits du coyote, mais on ne peut être certains sans des analyses qu’il s’agit bien d’un  coyloup», souligne  le biologiste Jean  Lapointe.  

Dans les cas d’Aïda, elle présente plusieurs caractéristiques propres aux coyotes. «Aïda est plus intrusive et opportuniste, souligne la responsable des communications du Refuge Pageau. De plus, lorsqu’elle vocalise, ses sons ressemblent à ceux d’un coyote. Quand nos loups se mettent tous à hurler, on arrive rapidement à distinguer son cri à elle.» 

Moïgan, pour sa part, semble davantage posséder les comportements d’un loup gris. «Elle est craintive comme les loups, indique Mme Frigon. Elle hurle comme eux aussi et ne recherche pas du tout la présence des humains.» 

En général, les deux femelles du Refuge Pageau se distinguent pour leur petite taille, leur museau plus mince et leurs oreilles qui ont davantage la taille et la longueur de celles d’un coyote. 

Commentaires

14 mai 2019

Alain Ross

Merci pour ces renseignements,Ils sont vraiment intéressants.

15 mai 2019

Gabriel soumis

Ils ont pas la même couleur il tienne duplus du coyote que du loup et plus gras que le loup

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média