Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

16 mai 2019

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Anthony Bédard: du Filon jusqu’à la Ligue Fédérale

Anthony Bédard - Ice Breaker Mentor

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Anthony Bédard compte rejoindre les rangs des Ice Breakers de Mentor de la Ligue fédérale de hockey.

HOCKEY - Non, il ne joue pas avec les frères Hanson ni contre Ogie Ogilthorpe, mais le Valdorien Anthony Bédard trace sa propre voie dans le hockey professionnel alors qu’il rejoindra les rangs des Ice Breakers de Mentor en Ohio, une des six équipes de la Ligue fédérale de hockey (FHL).

Ancien porte-couleurs du Filon d’Abitibi-Est à l’époque où le programme évoluait dans la catégorie bantam AA, Bédard a eu la chance de sauter carrément la catégorie midget pour s’aligner avec les Titans du Temiscaming dans la Greater Metro Hockey League (GMHL), dès l’âge de 15 ans. 

«La règle était qu’à 15 ans, j’étais obligé de jouer les 36 matchs pour être considéré un vétéran de 16 ans, l’année suivante. Ç’a quand même bien été parce que j’ai fait près d’un point par match en plus qu’on a gagné la Coupe Russell», a expliqué Anthony Bédard.  

Après des saisons de 21, 14 et 27 points avec les Titans, l’attaquant s’est joint en 2017-2018 aux Mustangs de Maniwaki dans la Canadian Premier Jr Hockey League pour exploser avec 88 et 104 (dont 53 buts) points en respectivement 39 et 31 rencontres. 

«Après mes deux années à Maniwaki, certaines personnes m’ont mis en contact avec un entraîneur de la FHL et il m’a approché pour que j’aille faire un essai d’une semaine avec eux. Je suis monté à Mentor et, à la fin de mon essai, j’ai eu un contrat et j’étais le bienvenu avec eux cet hiver», a raconté Bédard, qui a réussi à inscrire un but pendant son séjour de quatre matchs avec les Ice Breakers, à la fin mars. 

Carburer aux défis 

Le chemin parcouru par Bédard dans le monde de hockey n’a jamais été simple et il a choisi la Ligue Fédérale afin de pouvoir relever un autre défi de taille. Âgé de 20 ans lorsque la prochaine saison débutera, l’Abitibien devrait être l’un des plus jeunes du circuit, alors qu’il fera face à certains adversaires qui ont le double de son âge et un passé professionnel.  

«Le fait d’avoir quatre ans de moins que tout le monde m’a convaincu d’aller en Ohio. C’est une grosse marche à monter. J’ai fait une centaine de points dans le junior et je ne ferai plus cela avant longtemps. Il y a quelques joueurs qui arrivent de la Ligue américaine, de la East Coast (ECHL) et de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). Il y a aussi des gars de 40 ans de 6’6’’ et 225 livres qui veulent se battre. C’est une ligue pro de haut niveau», décrit l'attaquant de 5'10 et 180 livres. 

Avec ce passage aux États-Unis, Anthony Bédard espère pouvoir convaincre une équipe de la Ligue Magnus (France) de faire appel à ses services ou de graduer dans la ECHL.  

«Je veux rester le plus longtemps possible, parce qu’avec cette ligue-là, tu peux avoir des opportunités dans ce genre de circuit. Étant âgé de 19 ans, j’ai encore une belle visibilité avec les recruteurs», a avoué le principal intéressé. 

Ligue sérieuse 

Le hockeyeur local ne passe pas par quatre chemins quand vient le temps de décrire le sérieux de la FHL. Dirigés par Iain Ducan, un ancien choix de septième ronde des Jets de Winnipeg en 1983, les Ice Breakers ont tout de suite accueilli Bédard comme l’un des leurs. 

«Sur la glace, Iain [Ducan] n’avait pas peur de nous chialer après si on ne faisait pas la job. Là-bas, c’est plus un travail, donc il fallait que tu marches et que tu écoutes. Les autobus sont dignes des professionnels et on loge dans des hôtels de luxe avec des piscines. C’est vraiment différent de ce que j’ai vécu auparavant», mentionne le Valdorien. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média