Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

LHJMQ

Retour

16 mai 2019

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

La clé pour gagner: «commencer à temps»

Eric Veilleux Marc Habscheid Mario Pouliot George Burnett

©Jean-François Vachon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

En ordre, Éric Veilleux (Mooseheads d'Halifax), Marc Habscheid (Raiders de Prince Albert), Mario Pouliot (Huskies de Rouyn-Noranda) et George Burnett (Storm de Guelph)

S’il y a une phrase qui est ressortie de la conférence des quatre entraîneurs des équipes présentes à la Coupe Memorial, c’est de «commencer à temps».

Entraîneur des Raiders de Prince Albert et vainqueur de la Coupe Memorial en 2004 avec le Rocket de Kelowna, Marc Habscheid a lancé cette seule phrase lorsqu’il a questionné sur ce qu’il fallait qu’une équipe fasse pour remporter la Coupe.

Le pilote des Mooseheads Éric Veilleux lui a demandé d’emprunter cette phrase. «Une saison est longue et tu as le temps de t’ajuster. En séries, tu peux t’ajuster en un ou deux matchs. Ici, tu dois t’ajuster dans le match. Le laps de temps est encore plus court. On répète une partie à la fois, mais à la Coupe Memorial, c’est encore plus vrai», a-t-il soutenu.

Opinion partagée par le pilote du Storm de Guelph George Burnett.

Publicité

Défiler pour continuer

«La plupart des jeunes vont vivre ça pour la première fois. Ils ont la même nervosité et anxiété. Ils doivent apprécier l’évènement, jouer du mieux qu’ils en sont capables et n’avoir aucun regret» - George Burnett

«Pour moi, il faut se concentrer sur notre équipe, utiliser nos forces et jouer notre match. C’est ce que j’ai fait l’an dernier et c’est ce que je compte faire cette année», a pour sa part lancé le pilote de la meute Mario Pouliot.

De petits marchés

Comme les Huskies, les Raiders de Prince Albert sont un petit marché dans leur ligue. «Je viens du sud de la Saskatchewan, alors je ne suis pas en terrain inconnu. D’avoir la chance d’évoluer dans un petit marché est quelque chose de spécial», a précisé leur entraîneur Marc Habscheid.

«Les Raiders leur tiennent à cœur et, ça, ça signifie beaucoup pour les joueurs. Un bel exemple est lorsqu’on est revenu d’Edmonton dans les petites heures du matin. Il y a entre 600 et 700 personnes et la moitié d’entre eux avait les larmes aux yeux. Ça signifie quelque chose pour eux», a-t-il ajouté.

Et ce fait aide les joueurs. «Ils savent que les partisans se soucient de comment ils jouent. C’est un support important», a-t-il évoqué.

Son équipe a notamment remporté, en prolongation, son septième match contre les Giants de Vancouver pour remporter le championnat de leur ligue. «La réaction des spectateurs et des équipes fut assez folle», a-t-il confié.

Acheteur agressif

Le Storm de Guelph a été une des équipes à avoir le plus bougé obtenant les services de Nick Suzuki, Sean Durzi, Zachary Roberts, Fedor Gordeev, Markus Phillips et MacKenzie Entwistle. «On avait un groupe de joueurs de 19 ans qui sont passés au travers de haut et de bas dans la OHL. On était au point où, soit on ajoutait des éléments, soit on allait dans une autre direction. On a ainsi ajouté du leadership et une certaine présence», a-t-il évoqué.

Il faut rappeler que le Storm de Guelph est revenu dans trois séries où il tirait de l’arrière, notamment comblant un déficit de 0-3 en deuxième ronde contre les Knights de London, un déficit de 1-3 contre le Spirit de Saginaw ainsi qu’un déficit de 0-2 face aux 67’s d’Ottawa. «Je pense qu’une des qualités de notre groupe est la résilience. On peut le voir dans le leadership de notre équipe», a soutenu l’entraîneur.

Peu de mouvements à Prince Albert

Du côté des Raiders de Prince Albert, on n’a pas tellement effectué d’ajouts mis à part Dante Hannoun. «On n’a pas vraiment fait d’acquisitions en début de saison. On a commencé à jouer et on a fini par ajouter Dante Hannoun à notre équipe en retour de Kody McDonald parce qu’on voulait ajouter un peu plus de vitesse», a expliqué Marc Habscheid.

«On a une équipe qui est multi-dimensionnel. À ce niveau de hockey, il faut être en mesure de jouer différents types de match. On a de bons hockeyeurs, mais on a surtout de bonnes personnes. Ils se soucient de leurs coéquipiers», a-t-il ajouté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média