Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

31 mai 2019

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Une mauvaise année pour la mine Langlois

La production de concentrés à la mine de Quévillon a connu un recul important

Nyrstar_mine_Langlois

©Nyrstar

Les teneurs générales en zinc, en cuivre, en or et en argent à la mine Langlois ont diminué en 2018 par rapport à 2017, ce qui a entraîné des reculs importants de la production de concentrés.

L’année 2018 n’a pas été très bonne pour la mine Langlois, à Lebel-sur-Quévillon, alors que la production de concentré de zinc a connu un recul de 31 % par rapport à 2017. Cette baisse de performance arrive à un bien mauvais moment, alors que Nyrstar lutte pour sa survie.

Le rapport annuel de la société minière, publié le 26 mai, précise que la production de concentré de zinc à Langlois est passée de 34 500 tonnes en 2017 à 23 800 tonnes un an plus tard. Il s’agit d’un recul de 31 %. Au cours de la même période, les coûts de production globaux ont augmenté de 20 %, passant de 150 $ à 180 $ la tonne.

En 2018, la mine de Lebel-sur-Quévillon a aussi livré 1600 tonnes de concentré de cuivre, 1400 onces de concentré d’or et 411 000 onces de concentré d’argent. Un an plus tôt, cette production avait plutôt totalisé 2100 tonnes de concentré de cuivre, 1900 onces de concentré d’or et 553 000 onces de concentré d’argent. Cela représente des baisses respectives de 24 % pour le concentré de cuivre et de 26 % pour les concentrés d’or et d’argent.

Teneurs et tonnage en baisse

Publicité

Défiler pour continuer

Les teneurs et le tonnage ont également été moins bons pour Langlois. En 2017, la mine avait usiné 437 000 tonnes de minerai, alors que seulement 410 000 tonnes ont été usinées un an plus tard. Quant aux teneurs, celles-ci sont passées de 7,77 % à 6,15 % pour le zinc, de 0,58 % à 0,50 % pour le cuivre, de 0,16 g/T à 0,15 g/T pour l’or et de 43,31 g/T à 36,41 g/T pour l’argent.

Perte colossale

Langlois est par ailleurs la seule parmi les trois mines en opération de Nyrstar à avoir déclaré une baisse de la production en 2018, alors que les autres, toutes deux situées aux États-Unis, ont plutôt enregistré des hausses respectives de 15 % et 75 %.

Cette diminution de la performance de Langlois survient dans un contexte où Nyrstar lutte pour sa survie. L’exercice financier de 2018 de la société belge s’est en effet soldé par une perte colossale de 618 millions d’euros (929 millions $). En 2017, Nyrstar avait plutôt déclaré un bénéfice de 47 millions d’euros (71 millions $).

Dans son rapport annuel, la société a imputé cette perte à la faiblesse de ses résultats opérationnels, mais aussi à la dépréciation de valeur des mines Langlois et Myra Falls (Colombie-Britannique) et aux frais associés à sa démarche de recapitalisation avec son principal actionnaire, Trafigura.

Rappelons que cette société suisse légalement enregistrée à Singapour a récemment signé avec Nyrstar un accord en vertu duquel elle détiendrait 98 % d’une nouvelle société qui regrouperait toutes les activités opérationnelles de Nyrstar. Impossible, toutefois, de savoir à l’heure actuelle ce qu’il adviendra de la mine Langlois au terme de ce plan de recapitalisation complexe.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média