Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

LHJMQ

Retour

07 juin 2019

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Gilles Courteau souligne l’apport de Jacques Blais

Gilles Courteau LHJMQ

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Le commissaire Gilles Courteau a abordé plusieurs sujets dans son allocution.

Le commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau a profité de son allocution vendredi avant le repêchage pour souligner le travail accompli par le propriétaire des Huskies Jacques Blais et son équipe.

«Ils ont fait un travail extraordinaire dans leur petit marché pour aller une deuxième fois à la Coupe Memorial en quatre ans. Je suis très content pour Jacques Blais. Beaucoup de mérite te revient», a lancé Gilles Courteau.

Le commissaire a aussi confirmé que la OHL et la LHJMQ allaient s’asseoir ensemble afin de confectionner un calendrier qui permettrait aux équipes des deux ligues de s’affronter en saison régulière. Ainsi, dès l’an prochain, les Huskies pourraient bien croiser le fer avec les Wolves de Sudbury et le Battalion de North Bay.

Récalcitrants

La LHJMQ, après quelques années de répit, voit une recrudescence du nombre de joueurs récalcitrants à évoluer dans son circuit. «Nous avons la meilleure ligue de développement pour les joueurs de 16 à 20 ans. On n’est pas parfait, mais nos propriétaires investissent des sommes importantes pour encadrer les joueurs. On travaille à répondre aux attentes des joueurs et de leurs parents», a fait valoir Gilles Courteau.

En entrevue avec les différents médias en matinée, Patrick Roy avait même soumis l’idée d'une lettre d’intention qui forcerait les joueurs à choisir la NCAA ou la LHJMQ. «C’est un point qui a été soulevé et on va l’analyser», a évoqué Gilles Courteau.

Contrairement à ce que Trevor Georgie, le directeur général des Sea Dogs de Saint John a affirmé au journaliste Steve Turcotte du Nouvelliste, il n’y a pas de disparité entre les différentes équipes selon Gilles Courteau. «On travaille fort pour qu’il y ait un standard minimum. Il n’y a pas de grandes disparités. La plupart des équipes ont des structures très professionnelles. Il reste que, lorsque la rondelle tombe en septembre, tout le monde a une chance de gagner», a-t-il fait valoir.

Par contre, Gilles Courteau continue de marteler la même solution. «Ce que je dis aux équipes, c’est de les repêcher quand même. De plus, ils ont jusqu’en août pour convaincre le joueur de joindre leur équipe. On a mis en place un règlement pour permettre aux équipes d’obtenir un choix compensatoire», a-t-il soutenu.

Le commissaire a aussi décrié que des agents conseillaient à des joueurs de ne pas rencontrer les équipes et empêchaient les jeunes de vivre la journée du repêchage. «Ça me déçoit. On ne devrait pas empêcher un joueur de vivre l’expérience d’être repêché par une équipe de la LHJMQ. Qu’il la vive, qu’il rencontre les équipes et qu’il décide après», a-t-il souligné.

Expansion aux États-Unis?

Pour attirer les Américains dans la LHJMQ, il n’y a pas 36 solutions pour Gilles Courteau. «Ça passe par une présence sur le territoire américain. C’est un peu comme avec les Maritimes. Quand on a eu une équipe à Halifax, on a attiré de plus en plus les joueurs. On n’a pas été chanceux avec nos expériences américaines, mais on doit garder l’œil ouvert de ce côté», a-t-il indiqué.

«On est la seule ligue qui n’a pas une présence aux États-Unis», a-t-il ajouté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média