Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 juin 2019

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Caribous: Pierre Dufour veut un portrait complet avant de trancher

Pierre Dufour

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parc, Pierre Dufour, lors de son point de presse à Val-d’Or, le 10 juin dernier.

La saga entourant la sauvegarde de la harde de caribous forestiers à Val-d’Or se poursuit. Le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs Pierre Dufour s’interroge à savoir s’il vaut mieux favoriser la survie de cette espèce, au détriment des minières et des entreprises forestières de la région.

«Il y a un élément d’information qui est important de prendre en considération, explique Pierre Dufour, qui était en consultation auprès d’une trentaine d’intervenants pour ce dossier, le 10 juin dernier, à Val-d’Or. Notre forestier en chef va arriver en 2021 avec le prochain potentiel de coupes forestières pour la période 2023-2028. Ça aussi, ça va avoir un impact, à savoir quelles seront les nouvelles possibilités.» 

Pour le ministre, réduire le territoire accessible aux minières et à l’industrie forestière n’est pas impossible. Toutefois, avant toute chose, Pierre Dufour croit qu’il vaut mieux regarder tous les côtés d’une médaille. 

«Il faut voir comment on peut concilier, le plus possible, chacun des enjeux selon les utilisateurs, estime M. Dufour. Il y a des choses que l’on peut faire et que l’on ne peut pas faire. Tantôt, les gens des municipalités nous ont dit: n’oubliez pas une chose, nous, nous sommes redevables devant une population, la société et les familles qui ont des emplois qui gravitent autour de ces industries. Lorsqu’on va prendre une décision, il faut penser à tous les impacts et combien on a de chances de sauver l’espèce.» 

Solutions potentielles 

Parmi les solutions envisageables pour sauver la harde de caribous forestiers de Val-d’Or, on compte notamment la possibilité d’un partenariat avec le Refuge Pageau à Amos. 

«La question n’est pas juste de savoir si l’on peut sauver cette harde, souligne Pierre Dufour. Lorsque nous avons eu la présentation du Refuge Pageau, pour un projet de gestation, c’est au-delà du caribou. Dans le sens que si on le fait ici, à Val-d’Or, ça peut être précurseur pour d’autres espèces à risque dans le futur.» 

Rappelons qu’en 2017, le ministre Luc Blanchette (qui occupait les fonctions actuelles de Pierre Dufour) avait suggéré que la harde de caribous, qui compte moins d’une vingtaine d’individus, soit transférée au zoo de Saint-Félicien. Toutefois, il avait dû reculer devant le tollé que cela avait provoqué.  

En mars dernier 2018, M. Blanchette a annoncé qu’il renonçait à protéger la harde à cause des pertes économiques trop importantes qu’un plan de protection engendrerait. 

Le ministre Dufour poursuivra sa tournée de consultation du côté de Mistissini le 17 juin, à Chibougamau le 18 juin et à Roberval le 19 juin. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média