Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

26 juin 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

Un fonds de 900 000 $ pour aider les entreprises de la MRCVO

Fonds MRCVO

©Photo L'Éclat/Le Citoyen - Dominic Chamberland

Marie-Ève Proulx, ministre du développement économique régional (au centre), entourée d’Éric Desaulniers, directeur général de Fonds locaux de solidarité FTQ, Pierre Dufour, ministre responsable de l’Abitibi-Témiscamingue, Pierre Corbeil, préfet de la MRCVO et maire de Val-d’Or, et Claire Bolduc, présidente de la Conférence régionale des préfets et membre du c.a. de la Fédération québécoise des municipalités.

Les entreprises de la MRC Vallée-de-l’Or disposent maintenant d’un nouvel outil pour démarrer ou prendre de l’expansion : un fonds local de solidarité (FLS).

S’élevant à 900 000 $, ce fonds a été créé par la MRCVO (contribution de 50 000 $), la Fédération québécoise des municipalités (contribution de 100 000 $), le gouvernement du Québec et la société en commandite Fonds locaux de solidarité FTQ (crédit variable à l’investissement de 750 000 $).

L’objectif du FLS est d’accélérer la réalisation de projets de démarrage, d’expansion et d’acquisition d’entreprises sur le territoire de la MRC. La Vallée-de-l’Or et Abitibi (secteur d’Amos) sont les 84e et 85e MRC au Québec à adhérer à ce fonds. «Ça servira entre autres à maintenir des emplois durables et de qualité, a mentionné Marie-Ève Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional, présente à Val-d’Or et à Amos pour les annonces.

«Notre gouvernement tient à investir sur l’ensemble du territoire et à accélérer la croissance des entreprises; dans un contexte de manque de main-d’œuvre, c’est un soutien nécessaire, a poursuivi Mme Proulx. Nous voulons redonner plus de place aux régions et leur accorder davantage d’autonomie afin qu’elles puissent agir sur leur propre développement. Le fonds prend en considération les réalités régionales des entrepreneurs, ce qui répond mieux à leurs besoins», a affirmé la ministre.

Le coup de pouce qui manquait

Pour Claire Bolduc, présidente de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue et membre du conseil d’administration de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), ce fonds se voudra potentiellement le coup de pouce qui manquait pour nos entreprises.

«C’est l’un des rares fonds de capital de risque dont les milieux peuvent disposer. C’est majeur de voir le milieu municipal investir dans le développement local et il faut souligner l’ouverture des élus, a fait valoir Mme Bolduc. Cette collaboration entre la FQM et le Fonds de solidarité FTQ existe depuis maintenant 28 ans, ce qui a permis la création des FLS», a-t-elle précisé.

«Ce fonds va permettre à nos entrepreneurs audacieux d’aller de l’avant dans leurs projets, a repris Pierre Dufour, député d’Abitibi-Est et ministre responsable de la région. Avec cette annonce, il y a des gens allumés qui vont décider de foncer. La création de ce nouvel élément de développement démontre qu’il y a des acteurs importants – comme la FTQ, la MRC et la FQM – qui croient dans le potentiel de notre région. Nous avons une structure de concertation, alors faites appel à ses services!», a-t-il lancé en s’adressant aux entrepreneurs.

Une équipe en place

Pierre Corbeil, préfet de la MRC Vallée-de-l’Or et maire de Val-d’Or, invite également les entreprises du territoire à contacter l’équipe de conseillers en développement de la MRCVO afin d’obtenir l’aide du FLS.

«Cette équipe a le mandat de recevoir les demandes des entrepreneurs. Elle est là pour aider le monde, donc n’hésitez pas à la joindre, a-t-il indiqué. Nous sommes fiers de nous allier à la FTQ et à la FQM pour permettre aux entreprises d’avoir accès à des leviers de développement bonifiés», a ajouté M. Corbeil.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média