Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

27 juin 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Bresaw: les procédures reprendront en octobre

Justin John Bresaw

©gracieuseté – Bureau du shérif du comté de Leon

JUSTICE. Les procédures dans le procès de Justin John Bresaw reprendront le 28 octobre prochain au Palais de justice d’Amos ou celui de Val-d’Or.

C’est la date qu’a fixée le juge Étienne Parent, de la Cour supérieure, lors de l’audience qui a eu lieu par visioconférence le 27 juin à Amos. Le procès devrait alors se poursuivre pendant cinq jours, à moins que Bresaw décide de ne pas présenter une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux.

«S’il n’y a pas de salle disponible à Amos, on va regarder du côté de Val-d’Or. Si vous ne présentez pas de défense, on procédera alors aux représentations sur sentence. Je veux que vous soyez prêts, parce que je n’ai pas l’intention de remettre à nouveau les procédures», a indiqué le juge Parent aux deux parties.

Ce dernier a d’ailleurs tenté d’obtenir une position de Me Julie Bolduc à cet effet, mais elle a refusé de s’avancer à ce stade-ci des procédures. «J’ai espoir de m’entendre avec mon client pour qu’on poursuive le procès», a-t-elle néanmoins affirmé, en ajoutant qu’elle pourrait aussi présenter d’ici là certaines requêtes.

Le juge l’a invité à signifier ses requêtes au plus tard le 31 juillet prochain. À la demande de Me Véronic Picard, du ministère public, il a aussi requis que le tribunal soit informé de sa position au moins une semaine (21 octobre) avant la reprise des procédures, afin de pouvoir libérer les témoins experts.

Coupable de trois meurtres

Rappelons que le juge Étienne Parent a reconnu Justin Bresaw coupable en mai des meurtres au second degré de Diane Duhaime, René Deschatelets et Jean-Guy Labelle au 8e jour de son second procès, pour des faits survenus en septembre 2012 à Amos. Me Julie Bolduc a invoqué l’arrêt Swain de la Cour suprême pour présenter une défense en vertu de l’article 16, à savoir la non-responsabilité criminelle de son client pour cause de troubles mentaux.

C’est au moment de présenter cette défense que la suite des procédures a pris une tournure inattendue, alors que Bresaw a refusé de témoigner pour sa défense. Depuis, le tribunal a établi qu’il était apte à subir son procès après avoir fait l’objet d’une nouvelle évaluation psychiatrique.

Le 20 juin, Bresaw a de nouveau clamé son innocence et affirmé qu’il ne souhaitait pas présenter une défense en vertu de l’article 16. Le juge avait alors remis l’affaire au 27 juin afin de fixer une date à l’automne pour la suite des procédures.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média