Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Sports

Retour

16 juillet 2019

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Le Tour de l’Abitibi reçoit la Médaille pour mérite exceptionnel

Suzanne Fortin J. Michel Doyon - Tour Abitibi

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Val d'Or - Amos

La présidente du Tour de l’Abitibi, Suzanne Fortin (à droite), pose avec la Médaille pour mérite exceptionnel en compagnie du lieutenant-gouverneur du Québec, J. Michel Doyon.

CYCLISME - Quelques heures avant de lancer sa 51e édition, mardi à Val-d'Or, l’organisation du Tour de l’Abitibi a reçu des mains du lieutenant-gouverneur du Québec, J. Michel Doyon, la Médaille pour mérite exceptionnel afin de souligner les 50 ans de l’épreuve qui a débuté à Amos en 1969.

La présidente du Tour, Suzanne Fortin, a été désignée pour recevoir la reconnaissance à la Place Agnico-Eagle. Toutefois, cette dernière refuse de s’accaparer les honneurs uniquement pour elle. 

«Comme je le disais au lieutenant-gouverneur, je suis arrivée dans l’équipe du Tour à un moment où plusieurs personnes ont porté cette organisation à bout de bras. Les comités organisateurs des différentes villes, que ce soient les villes où se situent les départs, les villes hôtesses ou les partenaires, forment un groupe de 20 à 25 personnes qui mettent le Tour sur pied à chaque année. Cette plaque appartient à tous les bénévoles», a mentionné Mme Fortin au terme de la cérémonie protocolaire. 

«Je pense que ça vient souligner les efforts, la passion et la détermination de tout le monde qui a mis l’épaule à la roue pour relever ce défi en région. Le Tour de l’Abitibi a acquis ses lettres de noblesse et ça vient en quelque sorte consacrer le tout», a signifié le maire de Val-d’Or, Pierre Corbeil. 

Réussir en région 

Un des plus grands mérites de cette course est le fait de réussir à amener les meilleurs cyclistes de niveau junior en dehors de l’Europe, mais également de réaliser ce tour de force en région éloignée, loin des grands centres. 

Selon M. Doyon, la population de l’Abitibi-Témiscamingue est l’une des principales raisons que le Tour continue d’être un incontournable de la région. 

«Les gens ont su être capables de se tenir, de travailler ensemble, de collaborer, de faire du bénévolat. Sans l’apport de la population et des bénévoles, on ne pourrait pas réussir à faire un tel événement. Donc, c’est le tissu social de toute la région en lui-même qui permet tout ça», a expliqué le lieutenant-gouverneur. 

La collaboration entre les villes de Val-d’Or, Rouyn-Noranda et Amos a également joué un rôle prédominant dans la pérennité du Tour. 

«Ç’a pris naissance à Amos et par la suite, il y a eu une formule qui faisait en sorte que ça se déplaçait. Un moment donné, c’est devenu en étoile à partir d’un point central et avoir des étapes à droite et à gauche. Maintenant, depuis un certain nombre d’années, ça se partage entre trois villes hôtesses qui ont signé des ententes avec le Tour de l’Abitibi. Ça démontre l’évolution et l’ouverture à continuer l’activité», a noté M. Corbeil.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média