Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

01 août 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Frérot Sœurette fermera bientôt ses portes

Une page d'histoire s'apprêtre à se tourner à Amos

Suzanne Blais Frerot Soeurette

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Suzanne Blais dans la boutique Frérot Sœurette, une véritable institution locale, présente depuis plus de 50 ans à Amos.

AFFAIRES. Une page d’histoire s’apprête à se tourner à Amos, alors que la boutique Frérot Sœurette, qui devait célébrer ses 52 ans en novembre, fermera bientôt ses portes.

La boutique spécialisée dans les vêtements pour enfants et pour dames a été fondée en 1967 par Blanche Gareau et sa belle-sœur Monique Gareau. Elle a changé quelques fois de propriétaires, jusqu’à ce que Suzanne Blais prenne le relais en avril 1995. Son élection à titre de députée d’Abitibi-Ouest rendait la suite difficile.

«C’est une décision très réfléchie. J’ai commencé à y penser dès le moment où j’ai été élue, en octobre. J’en suis venue à la conclusion qu’il était définitif que je ne pouvais pas faire les deux en même temps. Je travaille sept jours sur sept depuis un an. Je suis à la boutique le samedi quand je le peux et je viens le dimanche après-midi, pour préparer des choses», raconte Suzanne Blais.

Cette dernière s’était donnée un an pour tout évaluer. «On marche toujours par saisons dans les boutiques de vêtements. Mes collections <@Ri>back to school<@$p> et d’hiver sont prêtes. J’ai lancé ma vente de fermeture cette semaine. J’aimerais que tout soit terminé à la fin septembre ou au début octobre, mais ça pourrait aller jusqu’en décembre. Entre-temps, peut-être que quelqu’un se montrera intéressé à reprendre la boutique. Tout est déjà en place», lance la propriétaire de la boutique qui compte actuellement une employée à temps plein et deux à temps partiel.

De la boutique… à la politique

Si la décision est bien réfléchie, ça ne la rend pas plus facile à prendre. Depuis 24 ans, Suzanne Blais a toujours exprimé un fort attachement à sa boutique, ses employés et surtout, sa précieuse clientèle. D’ailleurs, les nombreux témoignages qui ont suivi sa publication sur Facebook l’ont touchée droit au cœur. Elle avoue avoir d’ailleurs ressenti un pincement en publiant son message.

«Ce furent de belles années. J’ai été choyée par ma clientèle. J’ai beaucoup appris. Ç’a m’a permis de m’impliquer dans différentes organisations, dans certains conseils d’administration comme celui de la Fondation de l’entrepreneurship, de faire du mentorat d’affaires. Si je n’avais pas eu la boutique, qui m’a menée à toutes ces implications, je ne serais probablement pas en politique en ce moment», reconnaît-elle.

Une fidèle clientèle

C’est aussi en pensant à sa clientèle, avec qui elle avait développé une relation privilégiée, qu’elle a voulu bien prendre le temps de réfléchir à sa décision.

«Je voulais me donner le temps de les sensibiliser, de les préparer. On n’abandonne pas sa clientèle comme ça. Je pense qu’ils s'y attendaient pas mal tous. Je veux d’ailleurs saisir l’opportunité pour remercier la clientèle qui a été fidèle durant toutes ces années. Merci d’avoir partagé ma belle histoire d’amour qui est Frérot Sœurette», conclut Suzanne Blais, qui aura offert son service VIP parfois à la grand-mère, la mère, les enfants et les petits-enfants de certaines familles de la région.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média