Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

02 août 2019

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Des jeunes de Kitcisakik pédalent plus de 1600 km

Un voyage unique

Cyclistes de Kitcisakik

©Gracieuseté

Près d’une quinzaine de jeunes de Kitcisakik auront pédalé durant un mois.

Près d’une quinzaine de jeunes de la communauté de Kitcisakik se sont lancé dans toute une aventure: du 3 juillet au 4 août, date prévue pour le retour à la maison, ils ont parcouru plus de 1600 kilomètres à vélo pour aller à la rencontre d’autres communautés autochtones du Québec et de l’Ontario tout en se dépassant.

Cette initiative a été décidée par les jeunes, explique l’un des adultes responsables, Jimmy Papatie. «Ils voulaient faire un projet et ils ont tout de suite proposé une randonnée à vélo, raconte-t-il. Pourtant, ce ne sont pas des jeunes qui s’entraînent ou qui sont des athlètes! Ils ont eu beaucoup de détermination dès le départ.»

Le projet coordonné par le Centre de santé de Kitcisakik s’inscrit également dans le Principe de Jordan, qui vise à permettre à tous les enfants des Premières Nations d'avoir accès aux produits, aux services et au soutien nécessaires au moment opportun. Il permet de combler toutes sortes de besoins en matière de santé, de services sociaux et d'éducation.

«Ces jeunes font partie de familles dysfonctionnelles qui ont été touchées par les pensionnats, confie Jimmy Papatie. Plusieurs d’entre eux consomment de la drogue et essaient de s’en sortir.»

Des modèles pour tous

Cette randonnée à vélo a d’ailleurs fait beaucoup de bien au point de vue physique et psychologique auprès de ces jeunes. «Ce voyage leur montre ce dont ils sont capables, signale M. Papatie. Ils se dépassent tous les jours et ça les aide à avoir une meilleure estime d’eux-mêmes. De plus, il y en a qui ont perdu beaucoup de poids grâce à ce projet.»

Leur détermination a également été mise à rude épreuve à plusieurs occasions. Pourtant, beau temps mauvais temps, tous sont prêts à pédaler jusqu’à 100 km par jour. «Il y a une journée où il a plu énormément, relate M. Papatie. Ils n’ont pas voulu abandonner ou prendre une pause. Oui, ils étaient trempés, mais ils voulaient persévérer. Ils sont devenus des modèles pour tous, autant pour les autochtones que les allochtones.»

«Ce voyage est la première étape pour ces jeunes pour faire la paix avec eux-mêmes. Dans le fond, ce qu’ils sont en train de faire avec nous autres, les adultes, c’est une thérapie mobile»  - Jimmy Papatie 

Cyclistes de Kitcisakik val-d'or 2019 communauté entraide

©Gracieuseté

Les jeunes de Kitcisakik ont pu rencontrer des résidents des différentes communautés algonquines de la région.

Inspirer la communauté 

Au cours de leur randonnée, les cyclistes sont allés dans une dizaine de communautés algonquines, donc deux en Ontario: Whagoshig et Golden Lake. «On ne connaissait personne là-bas, mais nous avons été accueillis à bras ouverts, raconte M. Papatie. Ces jeunes sont devenus les héros de Kitcisakik.»

De plus, la page Facebook nommée Jeunes cyclistes de Kitcisakik, qui permet de suivre les aventures des participants, compte près de 700 mentions J’aime.

«Nous ne sommes plus invisibles», conclut le coordonnateur.

Commentaires

5 août 2019

Sylvie Brisson

Ma fierté n a pas de mot assez puissant pour la decrire. De plus j ai eue en classe la majorité de ses jeunes. Des beaux jeunes de cœur je vous aimes tant chacun d entre vous et j ai bien hâte de voir revoir pour l entrée scolaire

5 août 2019

Sylvie Brisson

Il n y a pas de mot assez puissant pour décrire ma fierté pour chacun d entre vous .En tant qu éducatrice a votre école je reconnais votre grande force intérieure.J ai hâte de vous retrouver à l entrée scolaire. Sylvie Brissono

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média