Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

07 août 2019

Pierre-Olivier Poulin - popoulin@lexismedia.ca

Malartic “s’autodérise” en compagnie de Mehdi Bousaidan

Mehdi Bousaidan - Malartic

©Pierre-Olivier Poulin - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Mehdi Bousaidan a beaucoup apprécié son expérience à «Comédie sur Mesure» à Malartic.

HUMOUR - Plus d’une centaine de personnes étaient rassemblées au Théâtre Meglab de Malartic pour recevoir une dose d’humour et d’amour de la part de l’humoriste Mehdi Bousaidan, qui enregistrait mardi soir un épisode de «Comédie sur Mesure», qui sera diffusé dès cet automne à Z Télé.

Le jeune humoriste de 27 ans avait comme devoir d’écrire 30 minutes de matériel en se basant sur les activités qu’il avait faites et les personnes rencontrées depuis lundi. 

En plus de n’avoir pris que trois heures pour écrire ses textes, Bousaidan devait le présenter devant un public avec très peu de pratique et de rodage derrière la cravate. Une expérience de scène qui cadre bien sur sa façon de travailler, dit-il. 

«J’ai un peu l’habitude de faire cela. Je ne suis pas quelqu’un qui est très en avance dans la vie et je fais tout à la dernière minute. Ce concept était fait pour moi. Écrire le spectacle et le jouer la journée même, c’est ce que je fais même pour mes shows à Montréal. Je trouve que la meilleure manière de casser des numéros, c’est de se lancer et de le jouer. Ce n’était pas du tout dépaysant et je suis très content de l’avoir fait», n’a pas caché celui qui a gradué de l’École nationale de l’humour en 2013. 

Mehdi Bousaidan a parlé notamment de sa visite au Musée minéralogique, de son expérience en sherp (une sorte de véhicule tout-terrain amphibie), de combats d’archers, en plus de faire quelques petites références à certains citoyens de la municipalité. 

«Il y a beaucoup d’activités à faire et c’est ce que je dis dans le spectacle. On a découvert des gens qui organisent des activités et c’est le fun de voir autant de diversité culturelle dans une aussi petite ville», a fait savoir l’humoriste natif d'Alger, en Algérie. 

Contact différent 

Ceux qui ont pu assister à l’enregistrement de l’émission n’ont pas seulement vu la performance de l’humoriste, mais ont également assisté à toutes les étapes de production d’un produit télévisuel. 

De plus, ils ont pu constater à quel point un numéro un peu improvisé donnait une saveur et une ambiance légèrement plus naturelle, comparativement à un spectacle présenté des dizaines de fois sur scène ou à la télévision. 

Par exemple, l’artiste a dû reprendre quelques fois la même intro pour bien intégrer le tout au produit final, chose que les spectateurs ne voient pas nécessairement souvent. 

«Tu vois l’humain derrière la machine. On peut voir qu’on fait des erreurs et que ça ne marche pas à tous les coups comme prévu. Tu vois aussi que nous sommes vulnérables à certains moments. C’est un plus beau contact avec l’artiste», a souligné Mehdi Bousaidan, qui a complété la soirée en offrant environ 15 minutes de son spectacle «Demain», qui est présentement en tournée un peu partout dans la province. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média