Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

20 août 2019

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Le travail d’équipe pour la réussite scolaire

Campagne 2019

Persévérance scolaire

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Les différents partenaires de la Vallée-de-l’Or posent ensemble pour promouvoir la persévérance scolaire.

La Vallée-de-l’Or se mobilise encore une fois à l’occasion de la rentrée scolaire, qui approche à grands pas, pour sensibiliser tous les citoyens à encourager les étudiants à persévérer, quel que soit leur âge.

C’est le thème du travail d’équipe qui a été choisi cette année pour la campagne visant à encourager la persévérance. 

«On interpelle tout le monde: autant les membres du personnel scolaire, les élus, les gens d’affaires, les entraîneurs sportifs et même la communauté entière, explique Mélanie Racette, présidente de l’Équipe Vallée-de-l’Or et directrice générale du Carrefour jeunesse Emploi d’Abitibi-Est. Grâce à de petits gestes simples, on peut aider à la réussite scolaire de ceux qui nous entourent.» 

Cette campagne, en plus d’un cahier spécial sur la rentrée qui sera publié dans Le Citoyen les 21 et 28 août, met la lumière sur l’importance que tous les acteurs de la vie d’un étudiant soient encourageants et disponibles. 

«La rentrée scolaire s’est stressant, estime Mélanie Racette. Il y a aussi beaucoup de transitions qui sont très significatives, que ce soit du primaire au secondaire ou du secondaire au collégial.» 

«Comme on dit, ça prend tout un village pour élever un enfant, ajoute Gaétan Gilbert, président de la Commission scolaire de l’Or-et-des-Bois (CSOB). Ce sont plus de 6000 élèves qui retourneront à l’école cet automne. Tous doivent mettre la main à la pâte pour une rentrée réussie.» 

Des employeurs engagés 

Du côté de la Chambre de commerce de Val-d’Or (CCVD), on croit que les employeurs ont aussi leur part à faire dans la réussite des étudiants. 

«Les employeurs ont une certaine responsabilité par rapport à la conciliation travail-études, estime Jérémi Fournier, président de la CCVD. Il y a un équilibre à respecter, par exemple, à cause de plusieurs contraintes. Pour faciliter ça, on peut faire plusieurs choses, comme offrir un horaire de moins de 15 heures par semaine, des quarts de travail uniquement de jour et qui se terminent avant 22h. Ça peut faire toute une différence.» 

«L’éducation est un pilier important de notre essor économique. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, les étudiants représentent une opportunité intéressante pour les entreprises d’ici», ajoute M. Fournier. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média