Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

04 septembre 2019

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Micheline Bordeleau, la «maman» de la Maison de la source Gabriel

L'organisme fête ses 15 ans cet automne

Micheline Bordeleau

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Micheline Bordeleau pose devant le logo de la Maison de la source Gabriel.

Alors que la Maison de la source Gabriel fêtera son 15e anniversaire cet automne, la fondatrice du centre de soins palliatifs, Micheline Bordeleau, fait un voyage dans le temps, des premiers balbutiements de ce projet jusqu’à aujourd’hui.

Infirmière de profession, Micheline Bordeleau a compris l’importance des soins palliatifs lors d’un stage à Québec, à la Maison Michel-Sarrazin, en 1997. 

«C’était tellement merveilleux, décrit-elle. J’étais vraiment dans mon élément. Ce sont des soins et des contacts humains. C’est très différent des hôpitaux, où l’on court partout.» 

Dès son retour dans la région, Mme Bordeleau savait qu’il était primordial qu’une maison de soins palliatifs soit implantée à Val-d’Or. 

L’infirmière s’est tout de suite retroussé les manches et est partie à la recherche de partenaires pour mettre sur pied un tel projet. 

«Ç’a été très lent et long comme démarche, se souvient Micheline Bordeleau. J’ai contacté des personnes du réseau de la santé et, grâce à mon service de nettoyeur, j’ai pu rencontrer des membres du milieu des affaires de Val-d’Or.» 

Maison de la source gabriel

©Gracieuseté

Une image d’archives de la Maison de la source Gabriel, en 2004.

Un travail d’équipe 

«J’ai compris que c’était un projet communautaire, qui allait être fait par et pour la communauté», souligne Micheline Bordeleau.  

Puis un jour, une cliente de son entreprise de nettoyeur, qui était sur le conseil d’administration de la résidence Claire-Foyer à Amos, a proposé à Mme Bordeleau de se joindre à leur équipe. 

Après quelque temps, Micheline Bordeleau révèle au président du CA, Réal Bordeleau, son grand rêve d’une maison de soins palliatifs à Val-d’Or. L’inattendu se produit. 

«Il m’a dit que mon projet tombait pile. Réal avait été mandaté, en collaboration avec la Maison du Bouleau Blanc, pour monter un cahier de charge pour implanter de nouvelles maisons de soins palliatifs dans la région, raconte-t-elle. C’était tout simplement incroyable, comme si c’était le destin.» 

Ensemble, ils poursuivent leurs recherches de partenaires pour la création d’une maison à Val-d’Or.  

Ainsi, en mars 2002, un premier conseil d’administration pour la future maison de soins palliatifs voyait le jour. À son bord, on comptait Mme Bordeleau, Lucia Johnson, Manon Perron, André Ménard, Nicole Perreault, Alain Authier, Danielle Ferland, Jean-Pierre Côté, Anne Fadin, Germain Gagné, Joanne St-Jacques, Roland Hamel et Armand Brassard. 

En octobre 2004, la Maison de la source Gabriel ouvrait officiellement ses portes. 

Maison de la source gabriel

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

La Maison de la source Gabriel aura subi bien des transformations en 15 ans.

«Une maison de soins palliatifs, c’est essentiel pour le bien-être d’une communauté»  - Micheline Bordeleau 

15 ans plus tard 

Après tant d’années, Micheline Bordeleau peut regarder l’historique de la Maison de la source Gabriel avec fierté. 

«Pour moi, ç’a tellement passé vite 15 ans, estime-t-elle. De belles années. La communauté a toujours embarqué dans nos projets et elle continue de le faire.» 

Parmi les grands moments de la Maison, on compte notamment son agrandissement en 2017. Malgré plusieurs difficultés, comme le recrutement d’infirmières, Mme Bordeleau croit que la population sera toujours au rendez-vous pour soutenir la maison de soins palliatifs. 

«Lorsqu’ils ont failli fermer leurs portes pendant trois semaines l’an dernier par manque d’infirmières, la communauté s’est mobilisée et nous a prouvé une fois de plus qu’elle croyait en nos services», déclare Mme Bordeleau. 

La fondatrice de la Maison de la source Gabriel est toujours sur le conseil d’administration, 15 ans plus tard. 

«C’est comme mon bébé, confie Micheline Bordeleau. Je veux le laisser partir, mais en même temps, j’y tiens et je veux continuer d’aider. Peut-être qu’un jour j’arriverai véritablement à m’en séparer!» 

À la recherche de familles 

Le 4 octobre prochain, la Maison de la source Gabriel soulignera ses 15 ans d’existence. À cette occasion, l’organisme prépare un grand souper et des activités pour les familles des centaines de résidents (plus de 900!). De ce fait, les organisateurs lancent un appel à tous afin de rejoindre le plus de familles qui aimeraient participer à cet événement, soit en étant présent ou en offrant des témoignages. Suivez-les sur leur page Facebook pour plus de détails. 

Commentaires

4 septembre 2019

Francine Beaulieu

J’ai travaillé la 2 ans comme inf aux et jamais je n’oublierais mon passage à la source Gabriel , que du positif z❤️❤️

6 septembre 2019

Mélanie Allard

En dedans de 10 ans nous avons perdu des etre cher dans le bas ages et ils ont fini leur parcourt dans votre belle maison. ma mere Sylvie delcambre 52 ans, mon pere Paul Allard 64 et ma belle sœur fanny Thibodeau 33 ,on vécus un moment inoubliable avec leurs familles et les gens de la sources merci de tout coeur . continuer votre magnifique travail

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média