Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

05 septembre 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Macamic contraint de fermer son aréna pour un an

Bris majeur du système de refroidissement

AB-FermetureArena

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Marc-André Gemme

Le Centre Joachim-Tremblay de Macamic demeurera fermé pour une année afin de procéder au remplacement du système de refroidissement, en raison d’un bris mécanique.

La Ville de Macamic a pris la décision de complètement annuler toutes les activités prévues au Centre Joachim-Tremblay pour une année entière en raison d’importants travaux à exécuter pour réparer le système de refroidissement. 

La Ville de Macamic avait d’abord annoncé, à la fin du mois d’août, que le début des activités au Centre Joachim-Tremblay était repoussé en novembre ou décembre 2019. Cependant, elle a dû revenir sur sa décision et carrément annuler toutes les activités prévues pour une année entière. 

«Le conseil municipal et moi-même en sommes venus à la conclusion – et ce n’est pas de gaieté de cœur – que nous devions sacrifier la présente saison pour nous permettre de changer complètement le système de refroidissement de l’aréna. C’est un mal nécessaire», a expliqué la mairesse de Macamic, Lina Lafrenière. 

Lorsque la Ville a été informée du bris mécanique, elle a d’abord envisagé de faire les réparations nécessaires. Cela aurait permis la reprise des activités plus rapidement. 

«En allant en appel d’offres, nous avons constaté que cela coûtait le double de ce qu’on avait estimé pour réaliser les travaux. De plus, le soumissionnaire nous a fait savoir que les travaux pourraient prolonger la durée de vie du système de seulement 4 à 9 ans et qu’il y avait un risque élevé qu’un autre bris survienne», a souligné Mme Lafrenière. 

«C’est un mal nécessaire» - Lina Lafrenière 

En fin de vie 

Le système de refroidissement actuel du Centre Joachim-Tremblay est vieux de 17 ans. À la suite de la première évaluation des coûts pour les travaux de restauration, la Ville de Macamic a demandé quelle serait l’estimation pour le remplacement du système de refroidissement. 

«Procéder au remplacement complet est moins cher que d’effectuer une réparation. Compte tenu de l’âge de notre système actuel et des coûts pour les citoyens, la meilleure option consiste à acheter un nouveau système. Cela a pour conséquence de sacrifier l’actuelle saison même si l’on déçoit beaucoup de gens», a constaté la mairesse. 

La Ville songe à convoquer une réunion spéciale d’ici la fin de septembre afin de pouvoir lancer le processus d’appel d’offres le plus rapidement possible. 

Solutions pour les usagers 

La mairesse a indiqué avoir prévenu tous les principaux usagers du Centre Joachim-Tremblay tout au long du processus décisionnel. 

«Nous avons averti le club de patinage artistique, le hockey mineur et les ligues de hockey social, a-t-elle énuméré. Nous sommes en train de regarder quelles sont les options qui s’offrent à nous pour les aider à poursuivre leurs activités.» 

La Ville étudie également les options qui s’offrent à elle en ce qui a trait au tournoi de hockey novice, dont elle devait être l’hôte. 

 

Du retard à Rouyn-Noranda 

AB-FermetureArena

©Photo L’Éclat/Le Citoyen – Anne Blondin

Un retard d’environ deux semaines a été cumulé à l’aréna Jacques-Laperrière de Rouyn-Noranda, où l’on a procédé à l’installation d’un tout nouveau système de refroidissement.

Le remplacement du système de refroidissement de l’aréna Jacques-Laperrière de Rouyn-Noranda a pris un peu de retard. Selon le directeur des arénas, Carl Bergeron, la fin des travaux était initialement prévue vers la mi-août pour permettre le début des activités pour la fête du Travail. 

«En raison du remplacement du transformateur, Hydro-Québec a exigé deux études supplémentaires avant de procéder au branchement électrique. Malheureusement, cette demande est survenue pendant la période des vacances de la construction. Nous savions que notre échéancier était serré et nous avons peut-être été un peu utopiques», a-t-il déclaré. 

Au moment d’écrire ces lignes, la Ville de Rouyn-Noranda devait arroser la surface au courant de la journée. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média