Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

09 septembre 2019

Dominic Chamberland - dchamberland@lexismedia.ca

«On veut protéger notre garde-manger»

La nation algonquine réclame un moratoire sur la chasse à l’orignal dans la Réserve faunique La Vérendrye

Manif algonquins orignal

©Dominic Chamberland - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Une manifestation a eu lieu lundi à l'entrée Nord du Parc.

Manifestation pacifique d’une douzaine de membres et leaders de la nation algonquine, lundi, à l’entrée Nord de la Réserve faunique La Vérendrye.

L’exercice avait pour but de sensibiliser les chasseurs concernant le déclin de la population d’orignaux dans la Réserve faunique et de mettre de la pression sur le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, afin qu’il impose un moratoire sur la chasse sportive dans ce territoire pour réaliser un décompte complet du cheptel et élaborer un plan de gestion conjoint pour la conservation de cette espèce.

Les dirigeants algonquins se disent très préoccupés par ce qu’ils qualifient de déclin marqué de la population d’orignaux, une source importante, voire vitale, de nourriture pour leurs membres, font-ils valoir. «On veut protéger notre garde-manger, a lancé Jimmy Papatie, directeur des ressources naturelles pour la communauté de Kitcisakik.

«Dans les 30 dernières années, une pression de chasse trop élevée, la coupe forestière et les changements climatiques ont eu un gros impact sur la population d’orignaux, a-t-il ajouté. Si le plan de gestion actuel continue d’être appliqué, il n’y aura plus d’orignaux dans la Réserve faunique d’ici 25 ou 30 ans», a soutenu M. Papatie.

D’autres moyens de pression?

Près de la communauté de Lac-Barrière, dans la partie Sud de la Réserve faunique (du côté outaouais), des chemins d’accès auraient été bloqués aux chasseurs en guise de moyen de pression.

Risque-t-on d’assister à la même chose du côté abitibien éventuellement, si les demandes des Algonquins ne sont pas exaucées? «Nous ne sommes pas nécessairement rendus là, mais cette option pourrait être envisagée dans un avenir pas trop lointain, a répondu Lucien Wabanonik, membre du conseil de bande de Lac-Simon et porte-parole algonquin dans ce dossier.

«La manifestation d’aujourd’hui (lundi), c’est un signal d’alarme. Il s’agit de notre alimentation primaire et il faut s’en occuper maintenant, a-t-il poursuivi. Nous estimons que le cheptel va continuer à baisser et un protocole doit être élaboré entre la nation algonquine et le gouvernement du Québec. Nous avons rencontré des fonctionnaires du ministère dernièrement, mais ça manquait de viande autour de l’os», a affirmé M. Wabanonik, dont le groupe réclame une rencontre avec le ministre Dufour lui-même.

«Ça prend un bon plan et nous voulons en être une partie prenante, a renchéri la cheffe de Lac-Simon, Adrienne Jérôme. Les allochtones croient qu’on dit n’importe quoi, les fonctionnaires mettent en doute nos connaissances ancestrales, mais la situation est pourtant très inquiétante. Nous avons même constaté que l’orignal est moins dodu qu’avant», a-t-elle mentionné.

Commentaires

9 septembre 2019

Dénis Blais

S’ils sont convaincus que l’original est en déclins pourquoi ne cessent-ils de chasser à longueur d’année , la nuit et en motoneige dans les ravages l’hiver

9 septembre 2019

Douglas Decontie

Ils ne faut pas tous nous mettre dans le meme bateau. Beaucoup d’entre nous, les autochtones, prenons juste ce que nous avons besoin et rare ceus qui chasse a l’année longue. Nous voulons juste trouver une attente respective entre les deux partie mais comme d’habitude le gouvernement nous prennent au sérieux. C’est une crise qu’on doit reelment reflechir a trouver une solutions pour tous au lieus de pointer le doigt pour trouver qui est en faute.

10 septembre 2019

Jean paul

Mr Décontie lorsque l'on prêche une religion il faut commencer par la pratiquer .Je comprend très bien vos doléances envers le gouvernement mais lorsque que je voit au lac Rapide sur le bord de la route dans un petit Kiosque qui vend de la viande d'orignal du doré en quantité industriel je me pose sérieusement des question envers vos demande.Des membre de votre communauté Lac Rapide,Kitiganzibi,Lac Simon,Le Domaine vende tous de la viande d'orignal,du doré ect ect .Je peut vous fournir des noms en quantité et je peut vous dire que certains nom sont très connu a Maniwaki

10 septembre 2019

Sharon H

Pouvons-nous mettre de coté des propos racistes et dénigrantes et regarder plus loin que le bout de notre nez! La population est en déclin, c'est un constant, peu importe la raison!! Maintenant, il est urgent de trouver les solutions que ce soit un moratoire ou une fermeture pour SAUVER l'espèce et ce, agir maintenant pour nos tous qui aiment manger et aime la chasse. Selon des données effectués par la communauté de Kitcisakik, sur une période de 10 ans (2008-2018), 980 orignaux ont été abattus par la chasse sportive dans le parc, et 25,559 orignaux abattus dans la Zone 13 (Abitibi-Témiscamingue) et ce, hors du parc Lavérendrye. Il est la l'urgence d'agir et la raison d'un moratoire; pour faire un réel étude et décompte avant qu'il en reste plus d'orignal - pour personne!!!

10 septembre 2019

jacques martin

pathétique quelle hypocrisie

10 septembre 2019

David mantha

Pourquoi on prendrais pas des orignal de la gaspésie pour les transfèré dans le parc.c rendu un probleme en gaspésie,la population est trop élevé et ils von se mené a leur perte par eux meme.je dis qun bon programe devrais etre mis en place pour tiré les orignal avec des flechete pour les endormire,les heliporté a un points et les transporté endormie dans dans des remorque accompagné des meilleur veterinaire pour ensuite les relaché.

10 septembre 2019

A ndre roy

Ils n'ont qu'à suivre la loi du Québec

10 septembre 2019

stephane menard

pire hypocrithe au monde il vendent de la viande orignal tue et prennent juste les fesses mettent des filet et le poisson souvent pourrie avant d etre rammasser vole ds les camp etc etc etc serieux la assez c assez

10 septembre 2019

gilles richard

oui q uelle gang d ipocrite c est qui qui chasse la nuit avec leur cammion avec leur gros phares sur leur toit

16 septembre 2019

Gerard

Je suis en faveur d'un moratoire parce que tous les faits et méfaits seront mis en lumière même ceux mentionnés ici. Je connais des gens des communautés autochtones qui souhaitent sensibiliser leurs membres afin de réglementer plus sérieusement les chasseurs autochtones. Il n'y a pas assez de viande dans le réfrigérateur (forêt) pour que tout le monde fasse son épicerie chaque mois.

16 septembre 2019

Serge St-Jacques

IL FAUT ARRÊTER LA CHASSE quelque temps pour tout le monde, y compris les indiens. Punir très sévèrement tout les controvenants , saisi de tout les biens plus amendes salées. Interdiction de vendre de la viande sauvage. Toute viande saisi devra être remise à des centres de sans abris. Les noms de controvenants et braconniers devront être publier public dans chaque localité et les réseaux démenteler, le tout assorti de fortes amendes.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média