Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

29 septembre 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Sayona assure que ses finances se portent bien

Des opposants qualifient sa situation de précaire

Sayona Guy Laliberté

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Guy Laliberté, chef de la direction de Sayona Québec.

MINES. Si certains des opposants au projet Authier se disent préoccupés par la situation financière de Sayona Mining, qu’ils qualifient de précaire, la société junior australienne assure pour sa part qu’elle a la situation sous contrôle.

Rodrigue Turgeon, co-porte-parole du Comité citoyen pour la protection de l’esker, a profité de la conférence de Sayona devant la Chambre de commerce et d’industrie du Centre-Abitibi, le 17 septembre à Amos, pour poser des questions à ce sujet.

S’appuyant sur un reportage diffusé la journée même à Radio-Canada, il a soulevé que l’action de Sayona à la bourse australienne avait chuté de 60 % (de 0,03 à 0,01 $) dans la dernière année, que l’entreprise n’avait pas réussi à atteindre sa cible de financement de 4,4 M $ auprès de ses actionnaires et dirigeants (elle a recueilli 1,9 M $, dont 1,2 M $ auprès des dirigeants) cet été et que ses liquidités sont passées de 10,5 à 1,7 M $ en un an. Il a demandé comment Sayona comptait mener à terme son projet à La Motte et l’acquisition de North American Lithium dans ce contexte. «Je vois que les investisseurs privés ne sont pas au rendez-vous», a-t-il fait valoir.

Par voie de communiqué, le Regroupement vigilance mine (REVIMAT) a aussi exprimé son inquiétude concernant la solvabilité et la capacité de Sayona d’entreprendre l’exploitation du projet Authier, évoquant des risques financiers et environnementaux.

Campagne satisfaisante

Guy Laliberté, directeur général de Sayona Québec, a d’abord insisté sur le fait que le programme de financement avait été offert aux administrateurs, aux actionnaires actuels et à la direction de l’entreprise. «La nouvelle direction a répondu à l’appel; on a investi dans l’entreprise. La campagne de financement nous satisfait et répond exactement à nos besoins. Je peux vous assurer qu’il n’y a aucun fournisseur dans tout le Québec qui a une facture de plus de 30 jours chez Sayona», a-t-il affirmé.

Il a ensuite rappelé que l’entreprise n’avait toujours pas de mines en exploitation, et ne génère donc pas de revenus autonomes, d’où la nécessité de faire ces campagnes de financement ponctuelles. «Il faut se rendre compte aussi que le marché du lithium est assez difficile actuellement. On a vu que la courbe du prix du lithium va remonter à partir de 2022. Les investisseurs aussi sont prudents, ils attendent voir», a-t-il ajouté.

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média