Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

01 octobre 2019

Thierry de Noncourt - tdenoncourt@lexismedia.ca

Lessard-Therrien rabroue Legault

Une députée en milieu rural pour le transport collectif

Émilise Lessard-Therrien Députée Rouyn-Noranda-Témiscamingue

©Photo capture d’écran – Séances de l’Assemblée nationale

Émilise Lessard-Therrien n’a pas mâché ses mots en répondant au premier ministre François Legault à propos de la réalité des régions et du transport collectif.

La députée Émilise Lessard-Therrien a servi une leçon au premier ministre François Legault, le 26 septembre à l’Assemblée nationale, après qu’il eut affirmé, la veille, que les députés de Québec solidaire ne semblaient pas comprendre la réalité des régions.

«On a l’impression d’être au 19e siècle» - Émilise Lessard-Therrien

«J’habite pas à Montréal, j’habite même pas à Rouyn-Noranda, j’habite sur le chemin du premier rang à Duhamel-Ouest! Dans ma MRC, c’est un habitant par kilomètre carré!», a-t-elle lancé, en ajoutant qu’elle n’avait pas de leçon à recevoir sur la ruralité par la CAQ. 

Trois jours pour un rendez-vous médical 

Mme Lessard-Therrien a enchaîné en déclarant que les citoyens ne désiraient pas juste plus de routes et d’autoroutes au Québec, mais aussi des alternatives à la voiture comme le transport collectif. 

«On y a droit comme tous les Québécois. Nos aînés au Témiscamingue, qui ont des rendez-vous médicaux à Rouyn, doivent prendre l’autobus la veille à 6h le soir, aller à leur rendez-vous le lendemain et attendre le surlendemain pour revenir chez eux. C’est trois jours de voyage pour un rendez-vous médical. On a l’impression d’être au 19e siècle», a-t-elle dénoncé. 

La députée a poursuivi en questionnant le gouvernement à propos de son plan pour le transport collectif en région. Elle a critiqué la volonté du gouvernement, qui sous-financerait le transport collectif. «Savez-vous combien d’argent est dédié au transport interurbain? C’est 0,67 % du budget de transport collectif. C’est ça, avoir de la volonté, M. le Président?», a-t-elle questionné. 

Elle a expliqué que le transport collectif desservait les jeunes, les aînés ou les immigrants sans permis de conduire, que le transport collectif, ce n’était pas seulement des tramways ou des métros, mais aussi des autobus et des systèmes d’autopartage. 

Vous pouvez voir l'intervention du 26 septembre de la députée à 37 minutes 15 secondes ici. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média