Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

11 octobre 2019

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Alfred est de retour après 20 ans d’absence

Nouvelle aventure pour le personnage jeunesse d’Yves Beauchemin

AB-Alfred

©Photo Martine Doyon

Natif de Rouyn-Noranda, Yves Beauchemin a lancé, en septembre, le recueil «Alfred», qui regroupe les trois premières aventures d’Alfred et Antoine ainsi qu’une histoire inédite.

Les lecteurs qui ont dévoré les aventures d’Antoine et d’Alfred, dans les années 1990, seront heureux de retrouver les deux personnages de l’auteur Yves Beauchemin dans une toute nouvelle aventure: «Alfred et le chat chauve». 

Le Rouynorandien d’origine a trouvé à nouveau l’inspiration pour le personnage d’Alfred, le rat parlant, et son ami humain, Antoine. Un peu plus de 20 ans se sont écoulés entre la parution du livre «Alfred et la lune cassée» et le nouvel opus, «Alfred et le chat chauve». Cette quatrième aventure se figure dans une nouvelle publication publiée le 10 septembre et qui regroupe les quatre histoires mettant en scène les deux comparses. 

La drôle de naissance d’Alfred 

Le personnage d’Alfred est né lors d’un moment de vie très particulier. «Ma femme et moi avions des amis qui habitaient au Lac-Saint-Jean. Un de leur fils avait souffert de leucémie lorsqu’il était âgé de 5 ans. À ce moment, j’étais en train d’écrire mon roman ʺJuliette Pomerleauʺ et la situation m’avait particulièrement touché. J’avais alors promis à cet enfant de lui envoyer par la poste une histoire par jour pour le désennuyer et lui apporter du réconfort», a expliqué Yves Beauchemin. 

Et l’auteur a tenu promesse, même s’il a pris conscience qu’il venait de s’ajouter une somme considérable de travail sur les bras pour y parvenir. Ainsi, au lieu de faire parvenir une histoire différente chaque jour, il a plutôt opté pour une seule grande histoire, qu’il a postée par fragments. 

«Sa mère nous a téléphoné pour nous dire qu’il attendait avec impatience le facteur chaque matin. Ça m’a fait bien plaisir de le savoir. C’était une façon pour nous de nous associer à la famille. J’ai écrit cela sans avoir l’idée de publier les textes. Un jour, je les ai fait lire à mon éditeur, qui m’a confié que c’était une très bonne histoire. Et c’est comme cela qu’est né Alfred», a raconté M. Beauchemin. 

AB-Alfred

©Photo gracieuseté

Le personnage d’Alfred a pris naissance pour désennuyer un enfant de l’entourage d’Yves Beauchemin, alors qu’il combattait une leucémie.

«La littérature jeunesse bien lichée, où tout est beau, tout le monde est gentil, à la limite fleur bleue, ça ne m’intéresse pas» - Yves Beauchemin 

Un rat particulier 

Alfred est assez spécial, a rapporté l’auteur du «Matou», de «Juliette Pomerleau», de «L’Enfirouapé» et de «Charles le téméraire», pour ne nommer que ceux-là. 

«D’abord, il parle, et je dois avouer que je n’en connais pas beaucoup, des rats qui parlent, a-t-il évoqué en riant. C’est un rat d’égout qui a dû apprendre des notions d’hygiène pour demeurer dans la maison de son ami Antoine. Je dois aussi reconnaître qu’Alfred n’a pas un très bon caractère. Il est grincheux pas mal et n’a pas peur de dire ce qu’il pense même si c’est désagréable.» 

Cette relation entre le jeune garçon et son rat a engendré une dynamique fantastique, comme le savent les lecteurs de leurs péripéties. D’ailleurs, même si elles figurent désormais dans un recueil supposément définitif qui les regroupe toutes, Yves Beauchemin ne ferme pas complètement la porte à une cinquième aventure d’Alfred et Antoine. 

Une seule façon d’écrire 

Pour Yves Beauchemin, il existe peu de différence lorsque l’on écrit pour un public jeunesse comparativement à un public adulte. 

«J’écris toujours pour des personnes que je souhaite intelligentes. La littérature jeunesse bien lichée, où tout est beau, tout le monde est gentil, à la limite fleur bleue, ça ne m’intéresse pas. Ça donne l’impression qu’on veut écrire à des personnes moins intelligentes que des adultes, alors que ce n’est pas vrai», a-t-il dénoncé. 

«Quand on est intelligent, on commence à l’être très jeune, a-t-il enchaîné. J’écris pour des enfants que j’apprécie et que j’estime. Bien sûr qu’au niveau du vocabulaire, je ne me force pas pour utiliser des mots de 14 syllabes, mais je ne me force pas non plus pour appauvrir le langage. Il existe une panoplie d’outils disponibles lorsqu’on ne comprend pas un mot s’il pose problème. C’est de cette façon que l’on apprend.» 

Roman en vue 

Yves Beauchemin est en train de mijoter son prochain roman, alors que cela fait près de deux ans qu’il n’a pas écrit, outre «Alfred et le chat chauve». Il doit se mettre à l’écriture sous peu. «C’est un peu comme lorsqu’on est sur le bord de la piscine, que l’eau est froide et qu’on doit plonger dedans, a-t-il comparé. C’est parfois un peu difficile, mais une fois dans l’action, ça va.» 

«Lorsque j’entre en période d’écriture, j’ai un plan pas trop précis de ce que je veux écrire, a-t-il précisé. Je ne me donne pas de limite de temps pour arriver jusqu’à la fin du processus. ʺLe Matouʺ m’a pris sept ans à écrire, ʺJuliette Pomerleauʺ m’en a pris huit. Je ne suis pas un auteur qui veut offrir à tout prix un nouveau livre chaque année. J’aime prendre le temps que ça doit prendre.» 

Le recueil «Alfred» est disponible en libraire depuis le 10 septembre. L’ouvrage compte plus de 300 pages. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média