Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

11 octobre 2019

Marc-André Gemme - magemme@lexismedia.ca

Déjà 10 ans pour la Maison d’arts Jeannine Durocher

Maison d'art Jeanine Durocher Carmen Branconnier

©Photo L'Éclat/Le Citoyen – Marc-André Gemme

Carmen Branconnier anime différents ateliers d’art depuis maintenant 10 ans.

L’année 2019 a marqué le 10e anniversaire de la Maison d’arts Jeannine Durocher de La Sarre. Depuis maintenant une décennie, le centre culturel encourage les citoyens d’Abitibi-Ouest à découvrir leur côté créatif à travers différents ateliers artistiques.

Les débuts de la Maison d’arts se sont faits dans un petit local de la rue Principale de La Sarre. Récemment, l’établissement a changé d’adresse pour se relocaliser au deuxième étage de la Maison Jean-Coutu – Hecla Québec. Le nouveau local offre une luminosité exceptionnelle qui permet aux artistes de créer sous une nouvelle lumière. 

«Notre objectif a toujours été d’offrir des cours d’art accessibles à tout le monde», a expliqué la présidente de l’organisme, Carmen Branconnier. 

La Maison offre des cours à très bas prix. Ce tarif inclut d’ailleurs tous les matériaux nécessaires aux ateliers. Les ateliers touchent à différents médiums et styles artistiques. Les participants peuvent faire des portraits un soir, du vitrail et de l’émail sur cuivre le lendemain, puis de la sculpture la semaine suivante. 

Nul besoin d’être un artiste chevronné pour participer: les ateliers sont ouverts à tous les niveaux, du néophyte à l’expert. 

Soirées thématiques 

Outre les ateliers de création, la Maison d’arts Jeannine Durocher propose régulièrement des soirées thématiques. «On a déjà organisé des activités comme des salons de thé, des soupers ethniques ou des soirées de lecture de lettres anciennes», a souligné Mme Branconnier. 

Ces soirées devraient bientôt être de retour, au rythme d’une ou deux par mois. 

Jeanine Durocher 

Jeanine Durocher a enseigné l’art à la Cité étudiante Polyno de La Sarre pendant de nombreuses années. C’est elle qui a donné sa passion à Carmen Branconnier et qui l’a motivée à donner des ateliers d’art. 

«Il y a 10 ans, moi et mon mari passions plusieurs mois par année en Floride, a-t-elle raconté. Je donnais des ateliers là-bas, qui étaient très populaires. Quand je suis revenue à La Sarre, j’ai décidé d’ouvrir ma propre maison d’arts et de la nommer en honneur de ma mentore.» 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média