Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

07 novembre 2019

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

La Conférence des préfets s’inquiète des coupures au Domaine

Doit-on s’inquiéter de la fermeture de l’aire de service?

Claire Bolduc

©Lucie Charest - Le Citoyen Val d'Or - Amos

La présidente de la Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue (CPAT), Claire Bolduc.

La Conférence des préfets de l’Abitibi-Témiscamingue (CPAT) a fait savoir ses inquiétudes après l’annonce de la fermeture du restaurant du Domaine, en octobre dernier, et des nouveaux délais de construction de la nouvelle aire de service, qui n’est finalement pas prévue avant 2022.

Depuis le 25 octobre dernier, les automobilistes qui circulent dans la Réserve faunique de La Vérendrye ne disposent plus que d’un bloc sanitaire au Domaine. 

«Nous avons de sérieuses inquiétudes quant à la capacité des installations proposées et mises en place actuellement à répondre adéquatement aux besoins des automobilistes, que ce soit par simple passage ou advenant une fermeture de route», estime Claire Bolduc, présidente de la CPAT.  

Mme Bolduc et les autres préfets de la région se questionnent sur les installations de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) et sur les réels besoins que cela pourra combler en cas de mauvais temps. 

«Les familles avec de jeunes enfants vont s’entasser dans un bloc sanitaire advenant une fermeture de route? Si c’est la solution préconisée par les acteurs concernés, nous devons questionner sérieusement la démarche ayant mené à ce résultat», indique Claire Bolduc. 

De meilleures solutions 

La CPAT exige par ailleurs une rencontre avec des représentants de la SÉPAQ (qui est propriétaire du Domaine) et du ministère des Transports (MTQ) rapidement afin d’identifier d’autres solutions. 

«Il m’apparaît important, dans un dossier comme celui-ci, que nos représentants au gouvernement envoient un message clair aux acteurs concernés, car pour les préfètes et préfets de la région, nous parlons d’un service au citoyen qui est essentiel», estime Pierre Corbeil, préfet de la MRC de la Vallée-de-l’Or. 

«Le ministère des Transports et la SÉPAQ devront trouver une solution, ajoute Sébastien D’Astous, préfet de la MRC d’Abitibi. Le débit journalier moyen dans la Réserve faunique de La Vérendrye avoisine les 2600 véhicules, sans compter les conditions météorologiques parfois difficiles et les accidents qui peuvent entraver la circulation.» 

«La région n’acceptera pas d’être desservie pendant près de 3 ans, voire plus longtemps, par un simple bloc sanitaire sur un tronçon de route de près de 250 km dans la réserve faunique La Vérendrye, et ce pour des raisons de sécurité évidentes», conclut Diane Dallaire, préfète de la Ville/MRC de Rouyn-Noranda. 

Rappelons que l’ouverture de la nouvelle aire de service de la Réserve faunique était initialement prévue pour 2020. C’est du moins ce qui avait été annoncé par le gouvernement libéral en 2018. Pour le moment, le ministère des Transports (MTQ) n’est pas encore en mesure d’expliquer les raisons qui retardent ce projet de deux ans. 

Commentaires

7 novembre 2019

Suzanne Duchesneau

Originaire de Val d'Or et connaissant vraiment la situation pour avoir voyagé le Parc La Vérendrye si souvent. Je ne peux croire à ce qui prévaut ici puisque complètement inadéquat quant à la sécurite avant tout, tout autant qu'à un besoin d'un tel point d'arrêt offrant nourriture et services des plus nécessaire pour les voyageurs traversant ledit parc. D'apprendre une telle nouvelle créera sûrement beaucoup d'insécurité pour plusieurs. Qui a vraimemt été consulté quant à une telle décision? Les décideurs voyagent-ils vraiment le parc? Souvent? C'est à se le demander sérieusement.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média