Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

02 décembre 2019

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Val-d’Or accueille une 5e délégation de travailleurs potentiels

Une visite pour attirer de la main-d’oeuvre

Un emploi en sol québécois

©Gracieuseté

Voici les participants de la 5e édition du programme “Un emploi en sol québécois”, à Val-d’Or.

La Chambre de commerce de Val-d’Or (CCVD) a accueilli une 5e délégation d’une trentaine de travailleurs immigrants à la recherche d’un emploi, le 29 novembre. 

Ce programme de recrutement, nommé “Un emploi en sol québécois”, permet à ces travailleurs de découvrir Val-d’Or sous tous ses angles. En effet, en l’espace d’une journée, cette trentaine de candidats issus de tous les secteurs d’activités ont pu vivre une visite guidée de la ville et une activité de réseautage pour rencontrer de potentiels employeurs. 

«L’apport de l’immigration à la vitalité de notre région est essentiel et il y a encore beaucoup de travail à faire pour promouvoir tout ce que nous avons à offrir, tant au niveau des opportunités d’emploi que de la qualité de vie, souligne Jérémi Fournier, président de la CCVD. C’est un grand défi en soi! Mais une fois que le chercheur d’emploi s’est déplacé, qu’il a eu un premier contact avec le territoire et avec un potentiel employeur, le plus difficile est fait», ajoute-t-il. 

Avec les enjeux que connaissent les entreprises en lien avec la rareté de main-d’oeuvre, la CCVD considère l’immigration comme l’une des clés pour assurer le développement de notre territoire. Toutefois, selon des données de 2016, seulement 0,9 % des personnes immigrantes, qui représentait tout de même près de 14% de la population québécoise, résidaient dans l’une des régions-ressources. 

«Nous prenons des offres d’emploi concrètes d’un côté et la banque de chercheurs d’emploi de l’autre et nous leur offrons tout simplement l’occasion de se rencontrer, explique Hélène Paradis, directrice générale de la CCVD. Généralement, si la connexion est bonne, les choses déboulent très rapidement par la suite. Le travail immigrant s’installe en région, débute son nouvel emploi et c’est l’ensemble de notre communauté qui s’en trouve gagnant.» 

Pour ce qui est de la délégation du 29 novembre, on sait qu’un des candidats a déjà accepté une entente avec une entreprise de Val-d’Or. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média