Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

04 décembre 2019

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Des élèves du primaire tricotent pour La Piaule

Une initiative de Mélanie Dallaire

Étudiants

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Voici les élèves qui ont fabriqué les 40 foulards qui seront vendus au profit de La Piaule.

La bonté des élèves de l’école intégrée de l’Or-et-des-Champs récidive cette année, alors que 26 jeunes artisans ont de nouveau fabriqué des foulards, dont les profits de la vente seront remis à La Piaule.

Ce sont 40 foulards qui ont été confectionnés durant les heures du midi passées au service de garde du secteur Notre-Dame-de-L’Assomption, à Vassan. Cette année, plusieurs étudiants ont tricoté plus d’un foulard. «J’en ai fait trois ou quatre, signale Alicia Béchard, une participante. On devient meilleurs et plus rapides quand on en fait beaucoup.» 

La confection des foulards s’est échelonnée de janvier à la mi-mai. «Après notre première édition, beaucoup de jeunes ont voulu se joindre à notre projet et nous aider, souligne Mélanie Dallaire, du service de garde à Vassan et initiatrice du projet. Nous sommes présentement en train de fabriquer les foulards qui seront vendus à Noël 2020. Nous avons maintenant plusieurs garçons qui se sont inscrits pour tricoter.» 

Pour cette édition, Alexandre Landry est le seul garçon qui a participé à la collecte de fonds. «Ça ne me dérangeait pas d’être entouré de filles, indique-t-il. Je trouvais ça plaisant de tricoter avec les autres en écoutant de la musique.» 

Étudiants

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Méraly Talbot, Alexandre Landry et Alicia Béchard.

Donner aux plus démunis 

Cette quarantaine de foulards sera vendue au prix de 5 $ au Service d’entraide familial. L’organisme s’engage d’ailleurs à doubler le montant final récolté par la vente des foulards. «C’est plaisant de tricoter, mais c’est aussi important d’aider ceux dans le besoin», mentionne Méraly Talbot. 

L’an dernier, la quinzaine de foulards qui avaient été tricotés ont tous trouvé preneur en une seule journée. «Les circonstances ont fait en sorte que nous n’avons pas encore été en mesure d’aller remettre notre premier don à La Piaule, explique Mélanie Dallaire. Donc, en additionnant l’argent de la vente des foulards de l’an dernier et de cette année, nous pourrons verser 550 $ à cet organisme», précise-t-elle. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média