Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

06 décembre 2019

Sophie Rouillard - srouillard@lexismedia.ca

Une rentrée parlementaire chargée pour Sylvie Bérubé

La nouvelle politicienne est déjà sur le terrain

Sylvie Bérubé

©gracieuseté

La nouvelle députée bloquiste d’Abitibi - Baie James – Nunavik – Eeyou, Sylvie Bérubé, était fébrile au moment de faire son entrée à la Chambre des communes, à Ottawa.

Ce fut une première rentrée parlementaire forte en émotions pour la nouvelle députée bloquiste Sylvie Bérubé, qui affirme avoir déjà entamé des discussions et des rencontres concernant les affaires autochtones.

Sylvie Bérubé est particulièrement fière d’être la toute première femme à représenter la circonscription d’Abitibi —Baie-James — Nunavik — Eeyou à Ottawa. «Beaucoup de femmes n’osent pas se lancer en politique par peur d’être intimidées ou de ne pas réussir, estime la députée Bérubé. Moi, je crois qu’on peut le faire.»

Vendredi matin, tout juste après son entretien avec Le Citoyen, la députée allait d’ailleurs se rendre à une cérémonie commémorative de la tuerie de Polytechnique. «En 2019, il est temps plus que jamais de prendre notre place, car nous sommes capables», lance Sylvie Bérubé.

Nouvelle vie

La nouvelle politicienne, qui était à la retraite avant la campagne électorale et les élections du 21 octobre, a vu son horaire changer drastiquement au cours des dernières semaines. «C’est certain que c’est carrément une nouvelle vie qui commence, déclare Sylvie Bérubé. Je suis très occupée, mais je suis aussi très fière de pouvoir représenter les gens de ma circonscription. C’est très motivant!»

La bloquiste s’est dite satisfaite après sa première semaine passée à Ottawa. «Ça s’est bien déroulé, ce sont de gros événements à vivre, mais c’est très intéressant», indique-t-elle. Mme Bérubé, qui agira à titre de critique des Affaires autochtones pour le Bloc québécois, est déjà sur le terrain pour rencontrer divers acteurs. «Je veux pousser la Commission Viens, souligne-t-elle. J’ai déjà été à la rencontre de plusieurs chefs des Premières Nations, dont Ghislain Picard. Il y a beaucoup de travail à faire.»

La députée Bérubé sera à Ottawa jusqu’au 13 décembre.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média