Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

07 décembre 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Contrer la violence conjugale jusqu’au travail

Mikana veut s’allier employeurs et syndicats dans la région d'Amos

Mikana milieux travail alliés violence conjugale

©gracieuseté

La campagne Milieux de travail alliés contre la violence conjugale se poursuivra durant toute l’année 2020.

Après les municipalités, c’est au tour des employeurs et syndicats à être invités par la Maison Mikana d'Amos à se mobiliser pour devenir des milieux de travail alliés contre la violence conjugale.

Cette nouvelle campagne s’articule autour du fait que la violence conjugale ne se limite pas à la maison, surtout avec l’avènement des nouvelles technologies de l’information. Dans une étude de l’Université Western, une travailleuse canadienne sur trois a déclaré être victime de violence conjugale et plus de la moitié ont indiqué que cette violence se poursuivait au travail. Selon le Conference Board du Canada, 71% des employeurs ont déjà vécu une situation où ils ont dû protéger une victime. On estime le coût de cette réalité à 78 M $ par année pour les employeurs canadiens.

«Les principaux employeurs de la région ont reçu une trousse de sensibilisation sur les impacts de la violence conjugale. On veut les outiller pour qu’ils puissent aider et soutenir leurs employées victimes si leurs agresseurs viennent les relancer dans leur milieu de travail, qu’ils les harcèlent par messages textes par exemple. Parfois, il suffit de modifier un horaire de travail ou une adresse courriel. Les employeurs peuvent nous contacter s’ils ont des questions. On les informe aussi que depuis janvier 2018, la CNESST prévoit des congés rémunérés pour les victimes de violence conjugale», explique Anne-Marie Boucher, intervenante et représentante politique et communautaire à la Maison Mikana.

«La violence conjugale n’est pas une problématique isolée à la sphère privée, elle poursuit les victimes partout. Pour en venir à bout, nous avons besoin d’un maximum d’alliés» - Anne-Marie Boucher

Si elle est lancée dans le cadre des 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes (25 novembre au 6 décembre), la campagne Milieux de travail alliés contre la violence conjugale se poursuivra durant toute l’année 2020. La Maison Mikana a rallié quatre municipalités de la MRC Abitibi contre la violence conjugale lors de sa précédente campagne.

 

La Maison Mikana d'Amos

Mikana est une maison d’aide et d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants. Elle les accueille dans un milieu de vie sécurisant et leur offre une gamme de services répondant à leurs besoins pour les aider à sortir de leur relation de violence. Dans la dernière année, elle a accueilli 60 femmes et 28 enfants. Elle a offert 699 services externes.

 

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média