Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Achat local

Retour

31 décembre 2019

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Des élèves bougent pour ceux qui ont faim

Initiés à la solidarité dès le primaire depuis 10 ans

Bouger ceux faim Christ-Roi jeux

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Dans l’ordre, Yannick Roy, DG de la CSH, Steve Marquis, directeur de l’école Christ-Roi, Christian Larche, propriétaire de Crapule et Malcommode, ainsi que Andrée Roy, directrice, et Anik Saumure, directrice adjointe de l’école Sainte-Thérèse.

Depuis 10 ans, des élèves du primaire sont initiés à la solidarité, tout en faisant des apprentissages et de l’activité physique, grâce à Bouger pour ceux qui ont faim, présenté à la veille du congé des Fêtes. L’anniversaire a été souligné le 17 décembre à l’école Christ-Roi d’Amos.

L’initiative est de Christian Larche, propriétaire de Crapule et Malcommode. Il s’est inspiré d’une activité similaire découverte aux États-Unis et qu’il a adaptée localement avec André Bilodeau, alors directeur de l’école Sainte-Thérèse d’Amos. En échange de denrées qui permettront de confectionner des paniers de Noël pour des camarades moins nantis, les élèves peuvent jouer dans des jeux gonflables.

«Comme entrepreneur, on cherche toujours une façon de s’impliquer dans sa communauté par le biais de causes qui nous ressemblent. C’était naturel pour Crapule et Malcommode d’investir dans le bien-être des enfants et leurs familles. Depuis la première ébauche du projet avec André Bilodeau, je me sens épaulé par le personnel des écoles, les familles, les membres du club Richelieu et les entrepreneurs qui contribuent au projet», a fait valoir Christian Larche, qui se réjouit du succès de son projet, mais se désole de constater les besoins toujours grandissants dix ans plus tard.

Se mobiliser

«C’est une activité qui nous tient beaucoup à cœur. Elle permet à la communauté de se mobiliser pour bien faire et faire du bien. C’est devenu un fleuron de nos écoles et nous en sommes très fiers. Ça sort un peu de notre mandat scolaire, mais ça colle avec une de nos valeurs qui est la collaboration», a déclaré Steve Marquis, directeur de l’école Christ-Roi d’Amos, qui accueille l’activité depuis plusieurs années.

«Dès la mi-novembre, une lettre est envoyée aux familles pour solliciter des denrées qui seront remises à des familles qui ont plus de difficultés à joindre les deux bouts. Les membres des équipes écoles confectionnent en moyenne 10 paniers par année dans les deux secteurs», a renchéri Anik Saumure, directrice adjointe de l’école Sainte-Thérèse. Cette année, ce sont 21 paniers qui ont été confectionnés et livrés au total par les deux écoles.

Apprendre et bouger

Enseignant de formation, Christian Larche souhaitait qu’en plus du volet caritatif, l’activité fasse bouger et puisse jouer un rôle pédagogique. «On discute des besoins humains, des relations interpersonnelles, des groupes alimentaires… on fait beaucoup de mathématiques, mais on touche aussi aux arts avec la décoration des boîtes, au français et à l’éthique et culture religieuse. On parle de l’importance de donner au suivant et, finalement, bien peu des jeux gonflables», a affirmé Natalie Audet, enseignante de 1re année à Christ-Roi et impliquée depuis les débuts du projet.

«La base même de l’activité, c’est de faire bouger les jeunes. On peut donc faire un lien direct: peut-on bouger sans bien manger? On parle de l’importance de l’alimentation avant et après l’activité physique. C’est aussi l’occasion de partager ensemble une belle activité d’inclusion», a ajouté Simon Gingras, spécialiste en éducation physique.

 

Plus de 100 000 $ en 10 ans

En 10 ans, une centaine de familles identifiées par des intervenants du milieu scolaire ont reçu de façon discrète un panier de denrées et de produits essentiels d’une valeur d’au moins 350 $, pour un total de plus de 50 000 $ à ce jour. Quant à la participation de Crapule et Malcommode, elle s’élève aussi à environ 50 000 $ depuis les débuts du projet, sans compter l’implication de son propriétaire Christian Larche pour trouver des donateurs privés.

Bouger ceux faim Christ-Roi

©Martin Guindon - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Les partenaires du projet Bouger pour ceux qui ont faim posent devant une partie des denrées amassées par les élèves de l’école Christ-Roi.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média