Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Les Foreurs de Val-d'Or

Retour

08 janvier 2020

Collaboration spéciale - contact@lexismedia.ca

Découvrir de nouvelles cultures à travers les joueurs des Foreurs

La famille Desrosiers des Foreurs

Famille Desrosiers

©Sophie Rouillard - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Il faut apprendre à ouvrir son cœur et son esprit aux autres cultures et traditions dans le monde, et ça, la famille Desrosiers le fait au quotidien, alors qu’elle choisit depuis quatre ans d’héberger seulement des joueurs européens de l’équipe des Foreurs de Val-d’Or.

Si certaines personnes préféraient uniquement héberger des joueurs francophones, Donald Desrosiers et Suzanne Ipperciel, eux, ont préféré se lancer dans l’inconnu la tête la première.

«La barrière de la langue ne nous a jamais fait peur, assure Donald Desrosiers. Nous parlons bien l’anglais, alors ça aide. De plus, avec la technologie d’aujourd’hui, on peut facilement se faire comprendre en utilisant des outils de traduction.»

Étant eux-mêmes parents de quatre enfants (et grands-parents de sept petits-enfants!), la valeur de la famille est très forte chez les Desrosiers. Pour ce couple, héberger ces hockeyeurs étrangers c’est comme redevenir de nouveaux parents…à temps partiel.

«Mettez-vous à leur place: ces jeunes débarquent sur un autre continent et dans un nouveau pays sans aucune ressource. Ils n’ont pas de famille ici et souvent, ils ne parlent pas français. Donc si nous pouvons les aider à s’intégrer et à être heureux ici, tant mieux!» - Suzanne Ipperciel

Un lien privilégié

Le couple a hébergé Ivan Kozlov pendant trois ans. Au fil du temps, un lien fort s’est créé entre le hockeyeur russe et la famille Desrosiers.

«Je crois qu’avoir l’amour et la confiance du joueur c’est ce qui est le plus gratifiant quand on est une famille d’accueil», confie Mme Ipperciel.

«Nous sommes encore en contact avec lui, souligne Donald Desrosiers. Nous prenons encore régulièrement de ses nouvelles et il fait pareil. C’était notre Russian boy.»

Désormais, la famille Desrosiers héberge Alexander Mirzabalaev.

«Il commence à se débrouiller en anglais, précise Suzanne Ipperciel. Ivan et Alexander nous donnent l’occasion de découvrir de nouvelles cultures, et ça, c’est précieux.»

Le couple compte d’ailleurs visiter un jour la Russie natale des deux joueurs qu’ils ont hébergés.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média