Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Santé

Retour

13 janvier 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Les travaux de l’IRM réjouissent la Fondation hospitalière

L’appareil fixe entrera en fonction d’ici la fin de l’été

Fondation Amos IRM

©Martin Guindon

Les administrateurs de la Fondation hospitalière d’Amos ont fait une photo officielle devant le chantier en compagnie de représentants du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Ville d’Amos et du comité consultatif santé et services sociaux MRC Abitibi.

La Fondation hospitalière d’Amos se réjouit des travaux d’agrandissement qui ont présentement cours afin d’accueillir un nouvel appareil d’imagerie à résonance magnétique (IRM) fixe à l’hôpital d’Amos.

Pour souligner ce projet en cours de réalisation, les administrateurs ont procédé à une prise de photo officielle en compagnie de Sylvain Bédard, chef du service d’imagerie médicale La Sarre et Amos, et Chantal Brunelle, directrice des services multidisciplinaires, tous deux du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue. Martin Roy, maire suppléant de la Ville d’Amos, et François Lemire, président du comité consultatif santé et services sociaux MRC Abitibi, étaient aussi présents.

La Fondation profite de l’occasion pour officialiser sa participation à la hauteur de 400 000 $ dans le projet évalué à plus de 2,1 M $. Déjà 348 000 $ avaient été amassés à cette fin au 31 août dernier, ce qui lui permet de croire qu’elle pourra atteindre son objectif financier pour la date de mise en service de l’appareil, prévue d’ici la fin de l’été. La Ville d’Amos, rappelons-le, s’est engagée en 2015 à verser 280 000 $ en dix ans pour la réalisation du projet.

Projet de longue date

Si la Fondation s’intéresse à ce projet, c’est en 2012 que le CSSS Les Eskers de l’Abitibi a entrepris les démarches pour trouver la meilleure solution de remplacement pour l’appareil mobile afin de répondre plus adéquatement aux besoins de l’ensemble de la clientèle régionale. Le projet de fixer l’appareil a fait consensus en 2017 auprès des intervenants politiques, des professionnels de la santé et du conseil d’administration du CISSS. Elle avait toutefois été renversée par le ministre de la Santé Gaétan Barrette, qui priorisait plutôt un appareil mobile d’IRM.

En décembre 2018, la députée d’Abitibi-Ouest Suzanne Blais a annoncé au nom de la ministre de la Santé Danielle McCann que l’appareil mobile serait finalement remplacé par un appareil fixe à Amos, respectant ainsi son engagement électoral. Le nouvel appareil fixe permettra d’effectuer une gamme plus complète d’examens qu’un appareil mobile, d’abord en orthopédie et traumatologie, mais également en chirurgie générale. L’appareil devrait permettre une augmentation du nombre d’examens réalisés dans la région, réduisant ainsi les délais d’accès et les déplacements des patients vers les grands centres.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média