Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

10 février 2020

Jean-François Vachon - jfvachon@lexismedia.ca

Jean-François Mercier: en cachette en région

L’humoriste sera en spectacle à Rouyn-Noranda et Val-d’Or

JeanFrancoisMercier

©Gracieuseté

Jean-François Mercier sera au Théâtre Télébec de Val-d’Or le 13 février et au Théâtre du Cuivre de Rouyn-Noranda le lendemain.

Avec son humour bien à lui, Jean-François Mercier vient se cacher en région pour la Saint-Valentin avec un spectacle qu’il décrit comme étant un peu plus personnel.

Ce nouveau spectacle a vu le jour sur les planches de l’Outaouais. «J’étais allé tester du matériel à Gatineau et ç’a vraiment marché plus fort que je le pensais. Mon show était plus prêt que je le pensais et comme je voulais le sortir rapidement parce qu’il était dans l’air du temps, j’ai fait le show en cachette, dans de plus petites salles, d’où le nom du spectacle. Je l’ai notamment fait dans un bar à Amos et au Témiscamingue», a-t-il expliqué.

«C’est un spectacle plus personnel dans les sujets que je traite. Je n’aime pas vraiment dire de quoi je parle, mais l’angle que je prends rend les choses le fun», a-t-il ajouté.

Ceux qui connaissent son humour savent que, même s’il peut être crû dans la livraison de ses blagues, Jean-François Mercier amène toujours une touche qui porte les gens à réfléchir. «J’essaie de ne pas faire la morale, mais d’amener des sujets de réflexion. Je ne veux pas imposer ma vision des choses. Je veux que ce soit drôle, qu’on passe une belle soirée, et tant mieux si les gens continuent à jaser du show dans leur auto», a-t-il confié.

Dur temps pour l’humour

Son style d’humour pouvant être abrasif, l’artiste le confie, ce n’est pas nécessairement la plus belle période pour lui. «Aujourd’hui, on ne peut pas dire grand-chose en humour. Les gens sont souvent outrés de rien. Avec mon genre d’humour, faire mon spectacle en cachette, c’était aussi une façon de le faire avec la gang qui aime ce genre d’humour», a-t-il évoqué.

Pour lui, le public a toujours le contrôle. Il a le droit de rire et il a le droit de ne pas rire. «Ça dépend toujours comment tu le prends. Dans ce que je dis, il n’y a jamais de mauvaises intentions. Je veux seulement faire rire les gens à ma façon», a-t-il indiqué.

La Watkins, ça marche

Une des anecdotes les plus savoureuses de Jean-François Mercier en région s’est déroulé lors du Festival d’humour d’Abitibi-Témiscamingue à Val-d’Or.

«J’ai été porte-parole du festival. On m’avait dit que je devais vraiment me mettre de la Watkins [un chasse-moustique]. Je m’en étais shooté dans l’œil. Donc, pendant une heure où je faisais mon spectacle, je ne voyais pas tellement la foule avec le spot dans la face. Il y avait peut-être 7000 personnes et je voyais toujours du monde passer devant la scène pour quitter. Et, comme c’est un spectacle extérieur, les rires sont plus diffus. Donc, j’en donnais encore plus parce que je pensais que le spectacle était plate», a-t-il raconté.

Cependant, la réalité était tout autre. «Finalement, le monde qui passait devant la scène, il s’en allait aux toilettes. Donc, pendant une heure, je pensais que les gens sacraient leur camp en plus d’avoir mal à l’œil. Mais la Watkins, ça marche parce que je ne me suis pas fait piquer à l’œil», a-t-il ajouté.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média