Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Hockey

Retour

12 février 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Le travail de bâtisseur de Guy Nolet reconnu

Intronisé par le Tournoi midget d’Amos

Guy Nolet Michel Lavoie Temple renommée

©gracieuseté - Michel Lepage

Guy Nolet reçoit la plaque des membres Bâtisseurs du Temple de la renommée du Tournoi national midget d’Amos des mains du président Michel Lavoie.

Le travail de bâtisseur de Guy Nolet a une fois de plus été reconnu, cette fois-ci à l’échelle locale, alors que l’organisation du Tournoi national midget d’Amos l’a intronisé à son Temple de la renommée, lors du souper des gouverneurs, le 11 février.

Le président Michel Lavoie a présenté la feuille de route assez impressionnante de celui qui a su marquer l’histoire du Tournoi midget et du hockey en général par son implication et son dévouement. Il a notamment cité ses 25 ans à Hockey Abitibi-Témiscamingue (dont 4 comme président) et sa contribution à la venue des Forestiers midget AAA dont il a été le premier entraîneur-chef, en plus d’agir comme gouverneur en 1993-1994, poste qu’il a repris en 2018.

«Il a été impliqué dans le Tournoi midget pendant 16 ans, entre 1970 et 1989. Il y fut marqueur et chronométreur, arbitre, coordonnateur adjoint, coordonnateur, vice-président exécutif et président en 1989», a-t-il indiqué, après avoir précisé qu’il était déjà membre du Temple de la renommée de Hockey A-T (2001) et de Hockey Québec (2011), en plus d’être récipiendaire du Prix Dollard-Morin en 2018.

Redonner

Ému, Guy Nolet a d’abord tenu à remercier sa conjointe Claire et les membres de sa famille, qui eux aussi ont fait et font encore du bénévolat. «C’est l’occasion de souligner ces gens-là qui m’ont permis de cheminer», a-t-il fait valoir. Il a ensuite rappelé que c’était Édouard Lavoie qui l’avait recruté comme bénévole en 1979, à titre de coordonnateur adjoint du Tournoi. «C’est drôle les coïncidences dans la vie des fois. Aujourd’hui, 41 ans plus tard, c’est sous la présidence de son fils Michel que je suis intronisé au Temple de la renommée», a-t-il signalé.

 

«Quand on est reconnu dans notre milieu, ça compte pour le double. Le double pour l’ego, le double pour la fierté» - Guy Nolet

L’intronisé a ensuite énuméré différentes raisons pour lesquelles il faisait du bénévolat. C’est d’abord une valeur transmise par ses parents, qu’il croit avoir aussi transmise à ses enfants et petits-enfants. Il a aussi voulu redonner au hockey, qui l’a ramené dans le droit chemin, soulignant l’apport de mentors tels Marc «Ti-Nom» Caron. Il estime avoir réussi, à son tour, à ramener d’autres jeunes dans le droit chemin durant ses 31 ans derrière le banc.

Millionnaire du bénévolat

Guy Nolet s’est aussi qualifié de millionnaire du bénévolat. «Quand je vois ma famille s’impliquer, quand je vois les gens du Tournoi midget s’impliquer dans leur communauté, j’appelle ça des dollars satisfaction. Quand j’organise le bingo Rotary et que je vois des enfants ramasser des cadeaux avec des yeux grands de même, c’est des dollars satisfaction. Quand je vois des jeunes vouloir redonner, c’est des dollars satisfaction», a-t-il imagé.

Puis, il s’est adressé directement aux nombreux convives présents à la salle Olympia de l’Hôtel des Eskers. «Je vous lance un défi pour l’année 2020, celui de poser un geste d’entraide. Ça peut être une heure de bénévolat. Et si vous n’avez pas le temps, ça se peut, au moins, quand vous irez au Tournoi midget en fin de semaine ou quand vous irez au Festival H2O cet été, n’oubliez pas de faire un sourire aux bénévoles. C’est leur paie», a-t-il rappelé.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média