Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

18 février 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Les Abitibiwinnik achètent les installations de Chicobi

Ils renouent avec un site ancestral

Camp-École Chicobi

©archives - Le Citoyen Val d'Or - Amos

Parmi les sept bâtiments acquis par le Conseil de la Première Nation Abitibiwinni, on retrouve celui-ci qui abrite une cuisine et la salle à manger pouvant accueillir 40 personnes.

Les Abitibiwinnik de Pikogan pourront renouer avec un site ancestral qu’ils ont fréquenté pendant des millénaires, alors que le Conseil de la Première Nation (CPN) Abitibiwinni achète les bâtiments et équipements du Camp-École Chicobi, à Guyenne.

Conclue le 20 décembre, la transaction a été annoncée le 18 février. Pikogan a fait l’acquisition d’un édifice avec cuisine et salle à manger pouvant accueillir 40 personnes, d’un dortoir de 50 lits, d’une maison sur trois niveaux, de trois bâtiments multifonctionnels et d’un abri avec sept canots en fibre à un prix qui n’a pas été dévoilé. Le bail avec le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles pour le terrain a aussi été transféré au CPN Abitibiwinni.

Les rives du lac Chicobi possèdent une résonance historique et culturelle pour les Abitibiwinnik. C’était d’ailleurs l’un des emplacements considérés pour établir la communauté quand elle a dû quitter les abords du lac Abitibi. «Le lac Chicobi est une part importante de l’histoire et de la culture anicinape. Depuis des millénaires, nos ancêtres l’ont fréquenté et y ont puisé des ressources afin d’assurer leur subsistance. En faisant l’acquisition des installations du Camp-École Chicobi, nous avons l’opportunité de faciliter l’accès à nos membres au territoire ancestral en plus de promouvoir la langue et la culture anicinape», affirme dans un communiqué la cheffe Monik Kistabish.

Elle précise qu’en plus de conserver leur vocation de mise en valeur du patrimoine naturel de la région, les installations de Chicobi favoriseront la promotion de la culture anicinape tout en offrant un lieu de ressourcement à ses membres. Les responsables des installations travaillent déjà à l’élaboration du plan de développement du site et de son offre de services auprès des membres, qui seront présentés prochainement au Conseil.

Chicobi se réjouit

Pour le Camp-École Chicobi, cette transaction est une excellente nouvelle à plus d’un niveau. D’abord, elle vient libérer l’organisme d’un fardeau financier qu’il avait de plus en plus de mal à assumer depuis l’arrêt des camps d’été en 2017, faute d’inscriptions et de bénévoles. Ensuite, il se réjouit d’avoir pu vendre les installations au CPN Abitibiwinni.

«Sept ou huit groupes ont manifesté un intérêt. Il y en a cinq ou six qui ont visité, mais on avait un préjugé favorable envers le Conseil de la Première Nation Abitibiwinni. On pense qu’ils seront mieux armés pour faire fonctionner le site que nous avec l’appui de toute leur communauté. C’est aussi un site ancestral pour eux. On croit que c’était le meilleur groupe pour le protéger et le conserver», affirme Paul Gagné, président du Camp-École Chicobi.

La mission… autrement

Cette transaction permettra à l’organisme qui a fêté ses 50 ans en 2016 de poursuivre autrement sa mission qui est de «connaître, faire connaître et mettre en valeur le patrimoine naturel de la région». Ses camps de sciences naturelles ont touché plus de 5000 campeurs, en plus de recevoir plus de 8000 écoliers en classes vertes et blanches.

Dorénavant, il le fera en appuyant financièrement des initiatives de la région vouées à la connaissance et à la mise en valeur de l’environnement et de la nature, par le biais de la Fondation Asselin-Chicobi mise sur pied en 2002. «Nous sommes dans la préparation de l’appel de projets, avec des critères et une formule d’attribution que nous sommes en train de préciser. On souhaite aider des groupes scolaires, municipaux et communautaires qui réaliseront des activités concrètes favorisant l’avancement des connaissances tout en sensibilisant à de saines pratiques environnementales», fait valoir M. Gagné.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média