Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

24 février 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

Blocus ferroviaire: Résolu met 200 travailleurs à pied

Arrêts de production à Senneterre et Comtois

Produits forestiers Résolu Comtois

©Archives - Le Citoyen Val d'Or - Amos

La scierie Comtois, à Lebel-sur-Quévillon, a cessé ses opérations pour une durée indéterminée, le 24 février.

Dans la foulée de la crise qui paralyse le réseau ferroviaire canadien depuis quelques semaines, Produits forestiers Résolu a cessé lundi ses opérations à ses deux usines de Senneterre et sa scierie de Comtois (Lebel-sur-Quévillon), entraînant la mise à pied temporaire de 200 travailleurs.

Les employés des usines Senneterre, Lac Clair et Comtois avaient été avisés il y a une dizaine de jours que si la crise perdurait, il pourrait y avoir des arrêts de production. Les craintes sont devenues réalité le lundi 24 février.

«Vendredi dernier, nous avons informé nos travailleurs des trois établissements en question que ce matin, nous ne reprenions par la production. Il n’y a pas de durée de déterminée. 200 travailleurs sont malheureusement touchés par cet arrêt de production», a confirmé lundi matin Karl Blackburn, Directeur principal – Affaires publiques et Relations gouvernementales chez Résolu.

Pour le moment, l’usine de papier journal d’Amos semble épargnée par les mesures adoptées par Résolu, qui a du mal à écouler sa production de bois d’œuvre et papier vers ses clients.

Près de trois semaines

Le blocus ferroviaire est débuté depuis bientôt trois semaines. Ce sont les chefs héréditaires des Wet’suwet’en qui s’opposent au passage du gazoduc de Coastal GasLink en Colombie-Britannique sur leur territoire ancestral.

Un rassemblement pacifique est organisé cet après-midi, dès 14h, à l’intersection du chemin de fer et du chemin Pascalils, à Val-d’Or, en appui à la communauté Wet’suwet’en et pour protester contre le projet de gazoduc de GNL Québec. Il implique notamment la communauté Anishnabe de Lac-Simon, qui assure qu’aucune voie ne sera bloquée.

En fin d'après-midi, le 24 février, une trentaine d'organisations québécoises membres du Front commun pour la transition énergétique se sont déclarées officiellement solidaires du peuple Wet'suwet'en. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média