Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

11 mars 2020

Martin Guindon - mguindon@lexismedia.ca

L’Harricana innove pour former des enseignants

Étudier en enseignant à temps partiel

Enseignante primaire éducation classe

©gracieuseté - Depositphotos.com/Monkeybusiness

En date du 2 mars, une quinzaine de personnes avaient présenté une demande d’admission à l’UQAT pour bénéficier du programme proposé par la CSH.

Aux prises avec une pénurie de main-d’œuvre qualifiée en enseignement, la Commission scolaire Harricana (CSH) innove en offrant la possibilité d’entreprendre une formation universitaire à temps partiel tout en enseignant dans l’une de ses écoles primaires.

Les personnes intéressées ont jusqu’au 27 mars pour faire leur demande d’admission à l’UQAT, qui offrira dès cet automne le baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire à temps partiel à Amos. La CSH devra aussi retenir les candidats pour qu’ils puissent bénéficier des conditions qu’elle offre pour faciliter leur transition professionnelle vers l’enseignement.

«Une fois qu’ils sont sélectionnés, les gens peuvent bénéficier de conditions facilitantes, notamment l’admission gratuite à l’université, un montant forfaitaire de 50 $ par cours réussis et plusieurs autres avantages, dont l’accès à des contrats à temps partiel et tous les avantages sociaux qui viennent avec ça (congés maladie et de responsabilité parentale, assurances collectives, etc.)», explique Maxime Pellerin, directeur par intérim du Service des ressources humaines à la CSH.

Travail-études-famille

Cette formule permettra donc aux étudiants de travailler en enseignement sur des contrats de suppléance à temps partiel dans les écoles de la CSH. Ils doivent d’ailleurs être disponibles à cette fin. «Les gens travailleront chez nous en même temps qu’ils étudient, ce qui leur permettra d’avoir une alternance travail-études-famille. On vise donc les gens qui veulent soit faire un retour en emploi ou un changement de carrière. Il y a des gens qui font déjà de la suppléance chez nous qui pourraient en profiter pour aller chercher leur brevet d’enseignant, mais aussi des gens qui ne seraient pas dans notre organisation à l’heure actuelle», fait valoir M. Pellerin.

«On s’attend à une certaine disponibilité des participants. Ils doivent pouvoir travailler en même temps qu’ils étudient» - Maxime Pellerin

Le baccalauréat à temps partiel peut se faire à raison d’un cours par session. Avec trois sessions par année, on parle d’une formation qui s’étendra sur environ dix ans. «Évidemment, il y a des personnes qui ont déjà des cours universitaires, notamment ceux qui étudient au certificat en accompagnement à l’enseignement primaire de l’UQAT. Il y en a aussi qui pourraient décider de suivre plus qu’un cours par session. Pour eux, la durée sera plus courte», précise le directeur par intérim.

Des besoins

Avec ce projet, la CSH espère répondre en partie à ses besoins de ressources qualifiées ou en voie de qualification pour faire face à la pénurie de main-d’œuvre dans le domaine de l’enseignement. Elle compte 146 postes d’enseignant au niveau préscolaire – primaire et la liste de priorité en emploi, donc des enseignants prêts à décrocher un poste régulier, est de seulement neuf personnes. D’ici 2024, la CSH envisage une trentaine de départs à la retraite, dont neuf cette année, sans compter les postes de direction qui seront pourvus par des enseignants.

Aussi, depuis 2014, la CSH assiste à une augmentation constante du nombre de contrats de suppléance à long terme, ceux-ci ayant passé de 85 à 99. Le nombre d’enseignants légalement qualifiés pour prendre ces contrats à temps partiel a baissé de 73 à 62, alors que ceux non qualifiés ont bondi de 12 à 37.

Baccalauréat en Éducation préscolaire et en enseignement primaire offert à l'UQAT - Campus Amos

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média