Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

12 mars 2020

Anne Blondin - ablondin@lexismedia.ca

Une troisième édition de «Tatouage pour la cause»

Elle aura lieu le 21 mars

AB-Trisomie21

©Photo Le Citoyen-Anne Blondin

Léonie Plourde, maman de Kiliam, et Rémy Mailloux, directeur général de La Ressource, ont annoncé la tenue de la 3e édition de «Tatouage pour la cause» pour sensibiliser la population à la trisomie 21.

Pour une troisième année consécutive, l’initiative «Tatouage pour la cause» se déroulera à Rouyn-Noranda. Cette année, l’édition aura lieu le 21 mars à la cafétéria de l’école La Source. 

Mis sur pied par Léonie Plourde en 2018, maman d’un garçon atteint de trisomie 21, l’événement «Tatouage pour la cause» a permis d’amasser, lors des deux éditions précédentes, un montant de 11 130$ dédié au Fonds régional de la Trisomie 21. De plus, ce sont 281 personnes portent désormais les trois chevrons sur leur peau, symbole représentant la trisomie 21. 

L’événement «Tatouage pour la cause» se tiendra à la cafétéria de l’école La Source le samedi 21 mars de 10h à 16h. Il en coûte un minimum 40$ pour se faire tatouer par les tatoueurs bénévoles qui seront sur place. Tous les fonds amassés lors de l’événement iront directement au Fonds régional de la Trisomie 21. 

«Ce sont les gens qui nous motivent à répéter l’expérience année après année. L’année dernière, nous n’avons pas réussi à tatouer toutes les personnes qui désiraient le faire. C’est beau de voir l’engouement des gens pour cette cause», a expliqué Léonie Plourde. 

Publicité

Défiler pour continuer

Le tatouage est composé de trois chevrons qui pointent vers le haut. Il représente les trois paires de chromosomes responsables de la trisomie 21. Le fait qu’il pointe vers le haut signifie qu’il est possible d’aller de l’avant, d’avoir un avenir. 

Si le tatouage n’est pas une option pour vous, il est possible de se faire un tatouage temporaire ou se procurer un des articles promotionnels dont la vente permettra également d’amasser de l’argent pour le Fonds. 

«Ce sont les gens qui nous motivent à répéter l’expérience année après année» -Léonie Plourde 

AB-Trisomie21

©Photo Le Citoyen-Anne Blondin

Si se faire tatouer n’est pas une option pour vous, plusieurs produits à l’effigie de la trisomie 21 sont disponibles. Les profits de leur vente iront directement au Fonds régional de la Trisomie 21.

Chaussettes différentes 

Léonie Plourde invite également la population à porter des bas dépareillés lors du 21 mars, Journée mondiale de la trisomie 21. En plus de porter vos chaussettes différentes, elle vous invite à partager vos photos sur les réseaux sociaux.  

Par ailleurs, il est possible de vous procurer une paire de chaussettes différentes que vous pouvez vous procurer pour la somme de 20$. 

Sensibiliser les jeunes 

En plus d’avoir mis sur pied l’événement «Tatouage pour la cause», Léonie Plourde a décidé de faire de la sensibilisation auprès des jeunes à propos de la trisomie 21. Elle a fait et fera des conférences dans les écoles primaires et secondaires de la région pour démystifier ce qu’est la trisomie 21. 

«Tout a commencé lorsque je suis allée dans la classe de mon plus vieux sur l’invitation de son enseignante. J’y suis allée il y a deux ans avec Kiliam qui n’allait pas encore à l’école. En discutant avec les jeunes, je me suis rendue compte qu’il ne connaissait pas la trisomie 21. Ils posaient des questions et ça a permis de démystifier le tout. Par la suite, ils sont allés jouer avec Kiliam sans tenir compte de sa différence. Il était un enfant comme les autres», a raconté Mme Plourde. 

Mme Plourde est ouverte à aller rencontrer les jeunes partout en région et même les organisations sportives. 

Fonds utile 

La mise sur pied du Fonds régional de la Trisomie 21 a permis de soutenir plusieurs familles. Que ce soit par l’achat de vélos adaptés, de matériel éducatif pour développer le langage, pour permettre la participation à des camps de vacances, des cours de danse, le Fonds a permis de répondre aux besoins spécifiques de personnes ayant la trisomie 21. 

«Nous ne connaissons pas toutes les familles dans le besoin, mais si vous êtes dans cette situation vous pouvez recevoir de l’aide par le biais de La Ressource. Il suffit de nous contacter», a rappelé Rémy Mailloux, directeur général de La Ressource. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média