Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

21 mars 2020

Patrick Rodrigue - prodrigue@lexismedia.ca

Prise de conscience chez les minières

Les changements climatiques deviennent une préoccupation plus importante

AgnicoEagle_LaRonde

©Agnico Eagle

Les changements climatiques suscitent de plus en plus une prise de conscience de la part des sociétés minières. Sur la photo, les installations de la mine LaRonde d’Agnico Eagle.

Bien que certaines soient désormais plus sensibilisées, il reste encore du chemin à parcourir au sein des principales sociétés minières actives en Abitibi-Témiscamingue pour améliorer leur bilan climatique.

Chaque année depuis 2003, l’OSBL international CDP Global, basé à Londres au Royaume-Uni, publie un rapport très détaillé sur le bilan environnemental des entreprises à travers le monde. L’édition publiée le 20 janvier, qui couvre l’année 2019, présente le portrait de plus de 8400 compagnies, dont 195 sociétés minières. Du nombre, 29 sont canadiennes, parmi lesquelles six sont ou étaient actives en Abitibi-Témiscamingue et dans le Nord-du-Québec.

La note A est attribuée aux leaders dans l’amélioration. B représente les entreprises qui gèrent activement le problème. C identifie celles qui ont amorcé une prise de conscience. Celles qui se sont contentées de fournir leurs données reçoivent un D. Quant aux sociétés qui n’ont pas fourni assez d’informations pour être évaluées, celles-ci se voient marquées d’un F.

Prise de conscience

Aucune société minière de la région n’a obtenu de A de la part de CDP Global dans son classement 2019. Cependant, Agnico Eagle (mines LaRonde, Goldex, Canadian Malartic), Eldorado Gold (mine Lamaque) et Yamana Gold (mine Canadian Malartic) ont reçu la note de C. Il y a donc prise de conscience du problème, laquelle devrait éventuellement déboucher sur des gestes plus actifs et concrets.

Nyrstar, qui opérait la mine de zinc Langlois à Lebel-sur-Quévillon jusqu’à sa fermeture, à la fin de 2019, s’est vu attribuer un D. Iamgold (mine Westwood) a obtenu un F, tout comme Goldcorp (mine Éléonore). Cependant, Goldcorp a fusionné en avril avec Newmont, qui elle a mérité un B.

Glencore (Fonderie Horne ainsi que mines Raglan et Bracemac-McLeod) a également reçu une note de F, mais dans son cas, elle a été évaluée sur ses exploitations de charbon.

Toute une panoplie de critères d’évaluation

La méthodologie employée par CDP Global pour établir son classement, peu importe le type d’entreprise analysée, recourt à de nombreux critères à partir de données fournies par les compagnies sur une base volontaire:

Le conseil d’administration supervise-t-il directement des questions liées aux changements climatiques? Identifie-t-on publiquement les risques financiers ou stratégiques ainsi que les occasions d’affaires rattachés aux changements climatiques? L’entreprise a-t-elle des objectifs clairs et vérifiables à court, moyen et long terme? Les employés ont-ils des incitatifs pour favoriser une amélioration de la situation? La société favorise-t-elle des fournisseurs et des clients qui sont, eux aussi, impliqués dans l’amélioration du bilan climatique? Et ainsi de suite.

L’entreprise doit aussi compiler et fournir le bilan de ses émissions de gaz à effet de serre ainsi que toute autre cible liée aux changements climatiques (gestion des déchets, consommation énergétique, etc.). La transparence est de mise. Ainsi, si les données sont contrevérifiées par une tierce partie indépendante, la société ira chercher plus de points.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média